BFMTV

Alec Baldwin: "J'ai traité les femmes de manière très sexiste"

Alec Baldwin récompensé pour sa caricature du président Trump dans le "Saturday Night Live", lors des Emmy Awards 2017 en septembre dernier

Alec Baldwin récompensé pour sa caricature du président Trump dans le "Saturday Night Live", lors des Emmy Awards 2017 en septembre dernier - Frederic J. Brown - AFP

Alors que les accusations d'agressions sexuelles envers des stars de Hollywood se multiplient dans la foulée de l'affaire Weinstein, Alec Baldwin a reconnu avoir déjà fait preuve de sexisme.

Surprenante confession que celle d'Alec Baldwin, jeudi au Paley Center for Media. Alors qu'il recevait les honneurs de l'institution américaine pour l'ensemble de sa carrière, l'acteur de 59 ans a évoqué le climat qui règne à Hollywood depuis les révélations d'accusations d'agression sexuelle à l'encontre du producteur Harvey Weinstein. Alors que ce type d'accusations se multiplient, avec de nouvelles révélations visant notamment Kevin Spacey ou Dustin Hoffman, Alec Baldwin a reconnu, lui aussi, s'être conduit de façon misogyne.

"J'ai indéniablement traité les femmes d'une manière très sexiste", a-t-il reconnu dans des propos rapporté par le Hollywood Reporter. "J'ai intimidé des femmes. J'ai ignoré des femmes. J'ai sous-estimé des femmes."

"Je savais certaines choses"

"De temps à autres, j'ai fait ce que beaucoup d'hommes font, c'est à dire... lorsque vous ne traitez pas les femmes de la même manière que vous traitez les hommes", a-t-il poursuivi. "Vous ne le faites pas. Je suis d'une génération qui ne le fait pas et j'aimerais que cela change. J'aimerais vraiment que cela change."

"Nous devons adopter une nouvelle vigilance"

Selon la star de 30 Rock, récompensée en septembre dernier d'un Emmy Award pour ses imitations de Donald Trump dans le Saturday Night Live, les inégalités hommes-femmes qui régissent les rapports hollywoodiens portent atteinte au cinéma américain: "Je pense qu'une grande partie de ce problème fait du mal à notre business. Cela le rend moins productif", a-t-il estimé, avant d'expliquer que les dizaines de témoignages de femmes sorties du silence ces dernières semaines lui ont "ouvert les yeux":

"Je savais certaines choses, qu'il y avait des rumeurs de choses qui arrivaient à des gens, mais je n'en connaissais pas forcément la portée (...) Nous devons adopter une nouvelle vigilance, pour nous assurer que tout le monde est à l'aise et que nous fassions ensemble le travail que nous avons à faire."

B.P.