BFM Paris

Seine-Saint-Denis: les "conditions calamiteuses" d'un lycée en travaux devant la justice

La balance de la Justice (illustration)

La balance de la Justice (illustration) - LOIC VENANCE / AFP

Les professeurs de ce lycée ont déposé un référé liberté vendredi pour dénoncer les risques et les

Plusieurs professeurs du lycée Jacques-Feyder à Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, ont saisi le tribunal administratif en urgence pour dénoncer "les conditions calamiteuses que subissent les élèves et les personnels de cet établissement" public en pleine rénovation, a appris l'AFP lundi auprès des requérants.

Bruits et risques d'accidents

Les seize requérants, tous enseignants dans cet établissement qui accueille environ 1500 élèves, ont déposé un référé liberté vendredi. Celui-ci doit être examiné mardi par le tribunal administratif de Montreuil.

Le chantier s'opère "sans sécurisation" du lycée et "sans possibilité d'évacuation en cas d'incendie", si ce n'est par un long couloir en tôle ondulée qui fait craindre un effet "goulot d'étranglement" en cas d'évacuation, estiment-ils.

"On voit des élèves qui manquent de se faire renverser (par des engins), on voit ça toutes les semaines ! Il y a un risque d'accident grave", s'inquiète Martine Robert, professeure de philosophie dans ce lycée.

Ces enseignants déplorent également le bruit "assourdissant" en permanence, l'absence de cour de récréation, des sanitaires en nombre insuffisant et des cours dans des bâtiments en préfabriqués.

"Ce sont vraiment des conditions extrêmement dures. Mes élèves, en Terminale, auront fait toute leur scolarité dans ces conditions", souligne Martine Robert.

Une demande "infondée" pour la région

Les requérants demandent à la Région Ile-de-France - chargée des lycées - de sécuriser le déplacement des engins et d'instaurer un schéma d'évacuation des élèves en cas d'incendie ou d'accident, selon leur requête consultée par l'AFP.

Cette demande est "totalement infondée car le plan de circulation des engins est conforme à la règlementation et les évacuations incendies sont fonctionnelles", a réagi la Région Ile-de-France.

D'un coût d'environ 45 millions d'euros, les travaux comportent une rénovation globale de l'établissement et la création d'un internat. Ils doivent s'achever au printemps 2022, avec une livraison des locaux d'enseignement pour la rentrée de septembre 2021, a indiqué la Région, présidée par Valérie Pécresse (ex-LR), précisant que cette opération "mal conçue à l'origine" émanait de la précédente mandature socialiste.

B.R. avec AFP