BFM Paris

Île-de-France: pour Julien Bayou, Valérie Pécresse "se repeint en vert" alors qu'elle porte "une dette écologique"

Le candidat écologiste aux régionales, invité de BFM Paris ce vendredi matin, a taclé "l'inaction" de la présidente sortante sur les questions climatiques.

Les élections régionales n'auront lieu qu'au mois de mars. Et pourtant, même à plus de trois mois de l'échéance, deux des candidats majeurs au scrutin francilien sont passés à l'offensive. Jeudi, Valérie Pécresse s'est vantée sur le plateau de BFM Paris d'être "plus écologiste que les écologistes". Une formule battue en brèche par Julien Bayou, secrétaire national d'EELV et candidat aux régionales en Île-de-France.

"On a l'habitude que les différents candidats se repeignent en vert. C'est le cas de Valérie Pécresse actuellement", a riposté l'écologiste ce vendredi sur BFM Paris.

D'autant qu'aux yeux de Julien Bayou, le bilan de Valérie Pécresse ne plaide pas en sa faveur. "Elle a une dette écologique. Depuis cinq ans, c'est l'inaction qui prévaut", a-t-il lancé, citant l'exemple de la qualité de l'air, pour laquelle "elle n'a rien fait".

Inondations, canicules maladies tropicales...

Les enjeux environnementaux sont pourtant légion, selon le secrétaire national d'EELV y compris à l'échelle de l'Ile-de-France.

"Le réchauffement climatique, c'est très, très concret, a développé Julien Bayou. C'est des inondations. Je pense à Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne), qui a payé un lourd tribut en 2016-2018, aux Yvelines, à Paris." Et de s'alarmer: "C'est un million de personnes qui pourraient être concernées, la moitié des Franciliens impactés".

Canicule, notamment dans les villes "très minérales", arrivée de maladies tropicales dans les Hauts-de-Seine... pour l'écologiste, il est temps d'agir: "Je crois qu'on ne mesure pas le prix de l'inaction pour l'ensemble des Françaises et des Français, et en particulier des Franciliens".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions