BFM Paris

David Belliard, l'adjoint écologiste d'Anne Hidalgo, défend fermement les 30 km/h à Paris

Rue de Paris (photo d'illustration)

Rue de Paris (photo d'illustration) - Jean-Loup Gautreau - AFP

Dès ce lundi, les automobilistes parisiens ne pourront plus dépasser les 30 km/h dans presque toute la capitale. L'adjoint EELV à la mairie de Paris, David Belliard, vante les mérites de cette mesure très décriée.

"Cette généralisation est une avance considérable", se réjouit dans les colonnes du JDD David Belliard, adjoint d'Anne Hidalgo chargé des mobilités, de la voirie et de la transformation de l'espace public.

Impopulaire parmi de nombreux automobilistes, la décision de réduire la vitesse de circulation maximale dans Paris de 50km/h à 30km/h concerne déjà 60% du territoire parisien, rappelle l'élu écologiste. Mais dans la pratique, rares sont ceux qui respectent scrupuleusement la règle...

Le changement concerne l'immense majorité des rues de la ville, à l'exception de certains grands axes comme les boulevards des Maréchaux, les avenues des bois de Boulogne et de Vincennes, les Champs-Élysées ou encore l'avenue Foch.

Les bienfaits des 30km/h, selon la mairie de Paris

La mairie de Paris met en avant les bénéfices supposés de l'abaissement de la vitesse en ville. Le premier d'entre eux: la sécurité des riverains.

"L'écrasante majorité des accidents mortels est causée par des voitures, des poids lourds, des motos et des scooters qui roulent trop vite", déplore David Belliard.

Autre argument de taille: la diminution des nuisances sonores, dont les Parisiens se plaignent régulièrement. Il s'agit même d'un véritable "problème de santé publique", explique l'élu, qui souligne la nécessité de "déstresser" et d'"apaiser" la ville.

Enfin, les 30km/h doivent permettre la réduction des bouchons dans les rues de Paris:

"Je sais que cela peut paraître contre-intuitif, mais la diminution de la vitesse (...) fluidifie le trafic en réduisant les effets d'accélération et de décélération", explique David Belliard.

Et selon ce raisonnement, moins de bouchons aiderait aussi à lutter contre la pollution, un argument qui est pourtant loin de faire l'unanimité.

Des contrôles renforcés

Les Parisiens joueront-ils le jeu? "Nous avons demandé à la préfecture de police, dont c'est l'une des missions, de renforcer les contrôles", assure l'adjoint EELV, confiant.

"Je ne suis pas inquiet: la grande majorité des automobilistes respecte les règles. Les autres seront sanctionnés", poursuit-il.

La colère des conducteurs

La mesure génère l'exaspération de bon nombre de Franciliens, qui dénoncent l'acharnement de la mairie de Paris envers les conducteurs. L'adjoint EELV a même reçu une lettre de menaces, visant également son équipe et leurs familles. Une illustration, poursuit-il, de "l'écolo-bashing d'une rare violence" que subissent les collaborateurs d'Anne Hidalgo.

Cette colère pourrait d'ailleurs s'amplifier alors que la mairie de Paris se penche désormais très sérieusement sur le cas du périphérique, qui pourrait lui aussi connaître une baisse de limitation de vitesse, de 70 à 50km/h. En plus de cela, une des voies devrait être réservée au covoiturage. Des objectifs ambitieux mais politiquement risqués, que David Belliard et Anne Hidalgo espèrent pouvoir instaurer à l'horizon des JO de 2024 à Paris.

Léa Marie