BFMTV

Trump accuse Comey d'avoir menti et se dit prêt "à 100%" à témoigner sous serment

Donald Trump participe à un débat sponsorisé par Fox News au Fox Theatre, le 3 mars 2016.

Donald Trump participe à un débat sponsorisé par Fox News au Fox Theatre, le 3 mars 2016. - CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

A l'occasion d'une conférence de presse à la Maison blanche ce vendredi, Donald Trump s'en est pris à l'ex-directeur du FBI.

Donald Trump a accusé ce vendredi James Comey de mensonges et s'est dit prêt à démentir sous serment le témoignage de l'ancien directeur du FBI, qui a affirmé que le président américain lui avait demandé d'abandonner une enquête sur l'un de ses ex-conseillers.

Donald Trump se sent conforté par l'audition de James Comey

Le dirigeant, à l'occasion d'une conférence de presse avec le président roumain Klaus Iohannis, a promis de dire "dans un avenir très proche" s'il détenait des enregistrements de ses conversations privées avec James Comey, comme il l'avait un temps insinué, mais il a prévenu: "vous serez très déçu quand vous entendrez la réponse". James Comey, limogé le 9 mai, a affirmé cette semaine que le milliardaire lui avait demandé d'abandonner un volet de l'enquête russe sur le général Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité nationale.

"Il n'y aurait rien de mal si je l'avais fait, selon tous les gens que j'ai lus aujourd'hui. Mais je n'ai pas dit cela", a déclaré Donald Trump dans la roseraie de la Maison Blanche. Puis il a répondu qu'il était disposé "à 100%" à le déclarer sous serment, notamment devant le procureur spécial Robert Mueller, qui supervise depuis le mois dernier tous les volets de l'enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle. Il a aussi nié avoir réclamé à James Comey sa "loyauté". "Je le connais à peine! Qui demanderait à un homme de prêter allégeance?" a-t-il demandé. L'audition de l'ex-grand policier "n'a montré aucune collusion, aucune entrave", a assuré Donald Trump. "Tout va très bien. C'était une excuse des démocrates qui venaient de perdre une élection que certains disaient imperdable". "Franchement James Comey a confirmé beaucoup de choses que j'avais dites, et certaines choses qu'il a avancées n'étaient pas vraies", a-t-il ajouté.

R.V. avec AFP