BFMTV

Turquie: 30 morts après une explosion attribuée à Daesh

Une image de la ville de Suruç après l'explosion

Une image de la ville de Suruç après l'explosion - Dicle News Agency-AFP

En Turquie, Suruç a été frappée ce lundi par un attentat suicide. Le bilan provisoire est de 30 morts, dans cette ville proche de la Syrie. Peu après, c'est de l'autre côté de la frontière, à Kobané, qu'un attentat a fait au moins deux morts.

Une explosion qui a secoué la ville turque de Suruç, proche de la frontière syrienne, a fait au moins 30 morts et environ 100 blessés selon la télévision privée NTV, et des sources sécuritaires. De nombreuses ambulances et un important dispositif de policiers et de sauveteurs ont immédiatement été dépêchés sur les lieux, selon les images des télévisions turques.

L'explosion, qui a eu lieu dans le jardin d'un centre culturel de Suruç, a été causée par un attentat suicide selon le ministère turc de l'Intérieur. La ville de Suruç fait face à localité syrienne de Kobané d'où les jihadistes du groupe Etat islamique ont été chassés fin juin par les forces kurdes à l'issue de violents combats. Une source officielle turque a déclaré avoir de "fortes raisons" de penser que le groupe EI était responsable de l'attentat.

Un deuxième attentat peu après à Kobané

Peu après, de l'autre côté de la frontière, un deuxième attentat-suicide a justement frappé cette ville de Kobané. "Un kamikaze a fait exploser un véhicule piégé à un point de contrôle dans le sud de Kobané. Deux combattants kurdes ont été tués par l'explosion", selon Rami Abdel Rahman, le directeur de l'OSDH à l'AFP. Mais pour l'instant rien ne permet de lier formellement les deux attaques.

La ville de Suruç accueille des milliers de réfugiés Kurdes de Syrie qui ont quitté la région de Kobané lors de l'offensive lancée par les combattants d'EI en septembre dernier. Cette attaque et les violents combats qui ont suivi pendant quatre mois ont provoqué l'exode de quelque 200.000 personnes vers la Turquie voisine. Selon les autorités locales turques, seuls environ 35.000 Syriens ont regagné leur pays depuis la fin de la bataille.

la rédaction avec AFP