BFMTV

Syrie: 5 ans de guerre qui ont bouleversé le pays

Le 15 mars 2011, le premières manifestations contre le régime de Bachar al-Assad débutaient en Syrie. Depuis 5 ans, le pays s'est enlisé dans une guerre civile sanglante, dont Daesh a profité pour s'implanter.

Depuis lundi, rebelles et gouvernement syrien se retrouvent à Genève pour entamer de nouvelles discussions, alors que chaque partie a respecté le cessez-le-feu entré en vigueur le 27 février. Une avancée en Syrie, pays enlisé dans une guerre civile sanglante qui dure depuis 5 ans. Le 15 mars 2011, les premières manifestations contre le régime de Bachar al-Assad se tenaient dans le pays. Depuis, la Syrie a été le théâtre de combats sanglants entre armée rebelle et troupes fidèles au président, accusé d'utiliser des armes chimiques, entre autre, contre son peuple. 

Le conflit s'est également internationalisé avec les frappes menées par une coalition à laquelle participe notamment les Etats-Unis et la France en soutien aux forces rebelles. De l'autre côté, la Russie frappe également le pays mais pour stabiliser le régime de Bachar al-Assad, créant ainsi de nouvelles tensions entre l'Occident et Moscou, alors que le sort du président syrien n'est toujours pas scellé. A ce combat, s'ajoute l'implantation du groupe terroriste Daesh, entraînant un exode massif des populations vers l'Europe notamment. Coup d'oeil sur les chiffres à retenir de ce conflit sanglant.

> Entre 260.000 et 450.000 morts

D'après l'ONU, au moins 260.000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début du conflit. Mais d'autres organisations avancent le chiffre de 450.000 morts. Parmi ces victimes, 80.000 seraient des civils. En 2014, plus de 76.000 personnes ont perdu la vie dans ces combats, 55.000 en 2015, dont 13.249 civils parmi lesquels figurent 2.574 enfants, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). 

> 13.000 Syriens morts sous la torture

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, près de 13.000 Syriens sont morts sous la torture dans les prisons du régime de Bachar al-Assad. Toujours selon l'ONG, ce chiffre n'inclut pas les 20.000 personnes portées disparues dans les geôles du régime. Plus de 200.000 personnes ont été détenues depuis 2011.

> Un jeune syrien sur trois n'a connu que la guerre

Un enfant syrien sur trois est né depuis que le conflit a débuté il y a cinq ans et a grandi de ce fait dans un contexte "de violence, de peur et de déracinement", selon un rapport de l'Unicef publié lundi. Sur les 10,5 millions d'enfants, quelque 3,7 millions sont nés depuis le 15 mars 2011, date du début de la révolte qui a dégénéré en une guerre civile. Et parmi ces enfants, 151.000 sont nés dans les pays d'accueil de réfugiés syriens, essentiellement le Liban, la Jordanie et la Turquie.

> Plus de 4,8 millions de réfugiés

D'après Amnesty International, 4,8 millions de Syrien ont fui leur pays à cause des bombardements et des combats. Ils se sont dirigés principalement vers cinq pays: la Turquie, le Liban, la Jordanie, l'Irak et l'Egypte. C'est en Turquie que l'on compte le plus de réfugiés avec 2,5 millions de personnes, selon un dernier rapport établi début février. 

> 13,5 millions de Syriens dépendent de l'aide humanitaire

Dans ce pays qui comptait, avant le début du conflit, 23 millions d'habitants, 13,5 millions de personnes sont affectées ou déplacées par la guerre, indique l'ONU. Aujourd'hui, 70% de la population dépendent de l'aide humanitaire "en termes d'eau, de nourriture, de logement et de service de santé", détaille la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme. Des images terribles de la ville de Madaya, assiégée pendant de long mois, avaient ainsi alerté l'opinion publique sur la famine qui menaçait 42.000 habitants.

> 83% du réseau électrique hors d'usage

Les images satellites du pays montrent que 83% des lumières se sont éteintes depuis le début de la guerre en Syrie, une partie du réseau électrique ne fonctionnant plus. La ville d'Alep, dans le nord, serait la plus touchée avec 97% des maisons qui restent éteintes la nuit.

J.C.