BFMTV

Menaces terroristes d'Al-Qaïda: ce qu'il faut savoir

Un soldat yémenite devant un check-point à Sanaa, la capitale, dimanche dernier.

Un soldat yémenite devant un check-point à Sanaa, la capitale, dimanche dernier. - -

Les États-Unis ont décidé de prolonger les fermetures d'ambassades au Moyen-Orient et en Afrique. En cause? Un risque très élevé d'attentats, selon le renseignement américain. Décryptage.

Les forces spéciales dans la péninsule arabique sont sur le qui-vive. Depuis vendredi, plus d'une vingtaine d'ambassades et de consulats occidentaux ont fermé leurs portes et sont placés sous haute protection. En cause? Un risque très élevé d'attentats contre ces lieux, selon des messages interceptés par Washington, et dont la teneur a été confirmée samedi par François Hollande, qui a décidé à son tour de fermer l'ambassade française au Yémen.

Pourquoi ces lieux sont-ils la cible d'Al-Qaïda? Et qui sont ceux qui se cachent derrière ces menaces? Décryptage avec Mathieu Guidère et Dominique Thomas, spécialistes du Moyen-Orient.

> Pourquoi la situation est-elle tendue?

Au cours du dernier mois, il y a eu des évasions massives de détenus dangereux. Des centaines de membres d'Al-Qaïda se sont enfuis ou ont été libérés par des coups extraordinaires, notamment dans des prisons irakiennes, pakistanaises et libyennes. Interpol a lancé samedi une alerte globale de sécurité invitant, à la plus grande vigilance, tous les pays membres de l'organisation de coopération policière.

"Ces détenus, une fois dans la nature, ont pris contact immédiatement avec les commandants d'Al-Qaïda dans les différentes régions du monde, proposant notamment leurs services pour se venger d'avoir été mis en prison. Cette focalisation et cette concentration de projets d'attaques ont justifié la décision de fermer des ambassades", décrypte pour BFMTV Matthieu Guidère, spécialiste du monde arabe. En outre, "Al-Qaïda n'a jamais vengé la mort d'Oussama ben Laden", rappelle Dominique Thomas, spécialiste des mouvements jihadistes.

> Pourquoi les menaces planent-elles principalement sur le Moyen-Orient?

Les Etats-Unis font état depuis vendredi de menaces terroristes possibles sur la péninsule arabique contre les intérêts occidentaux, mais n'évoquent pas de projets d'attentats ciblant directement le territoire américain. De même en France, où le plan Vigipirate est au niveau "rouge renforcé", mais n'est pas passé en "écarlate".

Pour Matthieu Guidère, l'explication tient à la sécurité des pays occidentaux. "Les organisations terroristes avouent aujourd'hui la difficulté, voire l'impossibilité, d'accéder aux pays occidentaux et de mener des attaques importantes en Amérique du Nord ou en Europe. Du coup, ils se rabattent sur les lieux qui représentent ces pays-là dans les pays musulmans, c’est-à-dire les ambassades, les consulats, les centres culturels."

> Qui est Aqpa, qui se cache derrière ces menaces?

Aqpa est le nom de la branche d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique. Elle est considérée par Washington comme la plus active des branches du réseau extrémiste, et a revendiqué une série importante d'attentats depuis sa création en 2009, aussi bien au Yémen, où elle est basée, qu'à l'extérieur, commela tentative de faire exploser un avion de ligne américain le jour de Noël 2009.

Aqpa a profité du soulèvement contre le régime de Ali Abdallah Saleh, qui a quitté le pouvoir en 2012, pour prendre le contrôle de villes dans le sud et y appliquer la charia, la loi islamique. Le nouveau président Abd Rabbo Mansour Hadi a cependant réussi à les en déloger en mai 2012, à la faveur d'une offensive militaire d'envergure, les repoussant dans les zones montagneuses difficiles d'accès.

"Elle dispose d'un bastion de plusieurs centaines, voire milliers de combattants au Yémen, et elle a par ses opérations été extrêmement innovante, menant des attaques à l'explosif, des enlèvements, des assassinats ciblés...", détaille Dominique Thomas à BFMTV. "C'est une organisation qui connaît parfaitement la psychologie des sociétés occidentales. La preuve en est la diffusion de la revue "Inspire", en anglais (manuel jihadiste donnant des clés pour passer à l'acte terroriste, ndlr), qui leur permet d'influencer des activistes isolés à l'étranger, comme les frères Tsarnaev à Boston."

> La France est-elle sérieusement menacée?

Samedi, le président François Hollande a annoncé la fermeture de l'ambassade de France au Yémen. "Nous avons des éléments qui nous permettent de penser que ces menaces sont extrêmement sérieuses", a indiqué le chef de l'Etat, avant de demander aux quelque 600 ressortissants français sur place "de prendre leurs plus grandes précautions dans leurs déplacements sur le territoire."

"La France est considérée comme une cible au Yémen, Aqpa l'a rappelé à plusieurs reprises dans des messages", confirme Dominique Thomas. L'organisation reproche notamment à la France "son rôle dans le processus de transition politique au Yémen. Aqpa considère qu'il s'agit d'ingérence dans les affaires intérieures du pays", conclut le chercheur.

Alexandra Gonzalez