BFMTV

Un passeport vaccinal avec Israël? La France décline la proposition

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se fait vacciner le 9 janvier 2021 dans un centre à Tel Aviv

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se fait vacciner le 9 janvier 2021 dans un centre à Tel Aviv - Miriam ALSTER © 2019 AFP

Le Premier ministre israélien a déclaré vouloir mettre en place entre les deux pays "des passeports sanitaires pour que les gens puissent faire des allers-retours sans le moindre obstacle".

Des laissez-passer vaccinaux entre la France et Israël? Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a proposé ce mardi, au cours d'une interview à la chaîne I24 News, la mise en place d'un accord bilatéral avec Paris, sous forme de "passeports sanitaires". L'Élysée, contactée par BFMTV, a décliné la proposition.

"Je voudrais faire avec Emmanuel Macron ce que j'ai fait avec le Premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis ou avec le président chypriote Níkos Anastasiádis, c'est-à-dire avoir des passeports sanitaires pour que les gens puissent faire des allers-retours sans le moindre obstacle", a déclaré Benjamin Netanyahu, expliquant qu'il comptait "le faire avec d'autres pays" également.

Environ 40% des neuf millions d'Israéliens ont reçu leurs deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech depuis le lancement le 19 décembre d'une ambitieuse campagne de vaccination.

La Grèce et Chypre ont déjà conclu, chacun de leur côté, un accord touristique avec l'État hébreu permettant à leurs citoyens vaccinés de voyager sans restriction, grâce à un passeport sanitaire. La Suède et le Danemark ont, eux, annoncé la création de certificats électroniques de vaccination contre le Covid-19, destinés à voyager mais pas seulement.

"Les propos de Benjamin Netanyahu n'engagent que lui"

"Les propos de Benjamin Netanyahu n'engagent que lui" a répondu l'Élysée à BFMTV ce mercredi. Le palais précise n'avoir pour le moment pas été contacté par le Premier ministre israélien sur ce sujet, mais sa position est claire:

"La France n'entend pas, à ce jour, régler la question de manière bilatérale". Si un passeport sanitaire doit se mettre en place, cela se décidera "au niveau européen, via le mandat donné à la Commission européenne".

D'après l'Élysée, le président français juge de son côté la question d'un tel passeport "prématurée", notamment parce que des inconnues existent encore quant à la vaccination, concernant par exemple la contagiosité des personnes vaccinées.

L'Union européenne a promis de présenter à la mi-mars un projet de "passeport vert" pour faciliter les déplacements en son sein. Ses modalités n'ont pas encore été précisées, il pourrait être obtenu après vaccination ou sur présentation d'un test négatif.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV