BFMTV

Feu vert pour les "passeports" vaccinaux en Suède et au Danemark

Photo d'illustration d'un voyageur muni d'un passeport

Photo d'illustration d'un voyageur muni d'un passeport - Katyveldhorst - Pixabay

Deux pays membres de l'Union européenne ont adopté le principe de passeport vaccinal. La mesure sera effective dans plusieurs mois.

De premiers pas officiels vers le passeport vaccinal. La Suède va développer un certificat électronique de vaccination contre le Covid-19 - destiné à voyager mais aussi pour d'autres usages - a annoncé le gouvernement jeudi. La veille, c'était le Danemark qui prenait une décision similaire.

Un "passeport corona"

Les deux royaumes nordiques ont indiqué que ces certificats seraient destinés aux voyages à l'étranger mais qu'ils pourraient potentiellement servir à accéder à des évènements sportifs ou culturels, voire à des restaurants dans le cas danois. "Avec un certificat de vaccination numérique il sera rapide et facile de prouver une vaccination complète", a plaidé le ministre suédois du Numérique, Anders Ygeman.

Le gouvernement suédois ambitionne de lancer le sien en juin. Le Danemark, qui a annoncé son programme de "passeport corona", compte d'abord publier un registre en ligne permettant de vérifier le statut vaccinal d'une personne. Après la création de ce registre prévu d'ici la fin février, une solution technique plus poussée doit être mise en place "d'ici trois à quatre mois", selon le gouvernement.

Le Danemark prendra sa décision finale sur les usages précis du passeport après de nouvelles études sur la contagiosité des personnes vaccinées mais celui-ci doit "contribuer à une réouverture progressive et saine du Danemark", selon Copenhague. "Il est absolument crucial pour nous de pouvoir redémarrer la société danoise, que les entreprises reviennent sur les rails", a souligné le ministre de la Fiscalité, Morten Bødskov.

Les deux pays ont assuré qu'ils veilleraient à rendre ces certificats compatibles avec les projets internationaux discutés au sein de l'Organisation mondiale de la santé et de l'UE. Ces dernières se sont dites ouvertes à l'idée de certificats mais jugent prématuré qu'ils ouvrent des droits, comme celui de voyager sans contrôle, du fait de l'incertitude quant au niveau de contagiosité que pourraient conserver les personnes vaccinées.

Ce point "doit faire l'objet de discussions au niveau européen", a souligné la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le mois dernier. Interrogée à Bruxelles, la Commission a souligné que le dernier sommet des 27 avait décidé de poursuivre le travail sur une "forme de preuve de vaccination standardisée et interopérable".

"Nous avons toujours poussé pour plus de coordination, nous continuerons à le faire, notamment sur les voyages et les restrictions de voyage", a expliqué un porte-parole au sujet des initiatives scandinaves.

Six Français sur dix favorables

En France, l'idée fait son chemin. Selon un récent sondage, six Français sur dix se disent favorables au passeport vaccinal, qu'il s'agisse de voyager à l'étranger ou de rendre visite aux personnes vulnérables dans les hôpitaux et les Ehpad. Un peu plus de la moitié des Français envisage même cette piste pour accéder aux transports en commun.

Mais Alain Fischer, le "Monsieur vaccin" du gouvernement, s'y est dit opposé, évoquant les questions qui restent encore sans réponse, notamment l'immunité conférée par les vaccins ou encore le fait que les personnes vaccinées puissent être porteuses du virus de manière asymptomatique. Jean-Baptiste Djebarri, le ministre délégué aux Transports, a par ailleurs déclaré que le gouvernement recherchait "l'unité nationale" et qu'il était "important de ne pas avoir de catégories de population, (…) de ne pas avoir une segmentation de la population", engendrées par un tel document.

Si le sujet divise, certains affirment cependant que ce "passeport vaccinal" sera inévitable. Comme le médecin Michel Cymes. Selon lui, une telle mesure permettrait de relancer progressivement l'économie, notamment dans le secteur de la culture.

https://twitter.com/chussonnois Céline Hussonnois-Alaya avec AFP Journaliste BFMTV