BFM Business

Covid-19: un passeport numérique européen pour voyager librement bientôt dévoilé

Administration du vaccin chinois Sinopharm contre le Covid-10 au Guru Nanak Darbar Gurudwara (temple sikh), à Dubai, le 28 février 2021

Administration du vaccin chinois Sinopharm contre le Covid-10 au Guru Nanak Darbar Gurudwara (temple sikh), à Dubai, le 28 février 2021 - Karim SAHIB © 2019 AFP

La présidente de la Commission européenne a annoncé la présentation, d’ici la fin du mois, d’un projet de "pass sanitaire", pensé pour rouvrir les frontières en Europe. Ses modalités n’ont pas encore été définies.

Il comporterait aussi bien les derniers résultats d'un test PCR, antigénique ou salivaire que des indications liées à la vaccination contre la Covid-19. Ce 1er mars, la présidente de la Commission européenne a annoncé qu'une première proposition de passeport numérique européen serait présentée au cours du mois. Ce dernier serait voué à "simplifier la vie des Européens", en leur permettant de se déplacer librement dans les pays de l'UE, sans quarantaine obligatoire.

"L’objectif est de leur permettre progressivement de se déplacer en toute sécurité dans l’Union européenne ou à l’étranger — pour le travail ou le tourisme", a ainsi maintenu Ursula von der Leyen, sur Twitter, laissant entendre qu'il pourrait servir à circuler dans des pays extra-européens.

Le pass pourrait également indiquer si une personne "peut être considérée comme immunisée en raison de sa situation sanitaire, de la présence d’anticorps", selon la Commission.

Un "pass sanitaire" en France"

Les modalités concrètes, et les autres applications d'un tel pass ne sont pas encore définies. D'après Reuters, elles devraient être affinées et présentées dès le 17 mars. Seule certitude: il sera conçu de façon à être conforme au Règlement général sur la protection des données. Un impératif compte tenu des informations à caractère médical qu'il comportera.

Après s’être entendus en janvier sur le principe de normes partagées pour ce certificat, les chefs d’Etat et de gouvernement ont plaidé jeudi dernier en faveur d'une "approche commune", pour créer une "plateforme qui connecterait les différentes solutions nationales", d'après les propos d'Ursula von der Leyen. La présidente de la Commission européenne estime la durée de ce travail préparatif avec les Etats à "au moins trois mois".

En France, Emmanuel Macron a évoqué la piste d'un "pass sanitaire", en vue cette fois-ci de la réouverture des restaurants et lieux culturels. A l'échelle européenne comme nationale, l'idée d'un passeport vaccinal, qui imposerait des restrictions aux personnes non vaccinées, est écartée, le vaccin n'étant pas obligatoire. Surtout, une telle initiative serait prématurée. A l'heure actuelle, moins de 5% des Européens ont été vaccinés.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech