BFM Business

Passeport sanitaire: comment fonctionne l’application israélienne qui pourrait inspirer la France

Alors qu’Emmanuel Macron a évoqué la possibilité d’un “pass sanitaire” sur mobile, le gouvernement pourrait s’inspirer de Ramzor, l’application israélienne proposant un retour à la vie normale grâce à un “passeport vert”.

À quoi pourrait ressembler le "pass sanitaire" suggéré par Emmanuel Macron? Le président de la République a évoqué ce jeudi la mise en place d'un tel outil numérique afin d’accompagner la réouverture des lieux publics, dont les restaurants. Une idée qui n’est pas sans rappeler l’application israélienne Ramzor, lancée mi-février dans le pays. L'exécutif n’a toutefois pas précisé si cette nouvelle option aurait droit à sa propre application, ou si elle viendrait agrémenter TousAntiCovid.

En Israël, Ramzor (“feu de signalisation”, en hébreu) vient compléter la campagne de vaccination, alors que plus de la moitié de la population a désormais reçu au moins une dose du vaccin Pfizer. En cette fin d’hiver, le gouvernement israélien a décidé d’entamer le retour à la vie normale, du moins pour la population la moins susceptible d’être atteinte par le Covid-19, grâce à cette application de passeport sanitaire - distincte du TousAntiCovid local.

Trois cas de figure

Pour obtenir ce passeport sanitaire (ou “passeport vert”), les Israéliens doivent se trouver dans l’un des trois cas suivants:

  • avoir été vacciné avec deux doses depuis au moins une semaine
  • être considéré comme guéri du Covid, c'est-à-dire avoir été testé positif il y a plus de 10 jours et ne pas avoir eu de symptômes dans les trois derniers jours
  • avoir un résultat négatif de test PCR de moins de 72 heures.

Trois situations qui ne sont pas sans rappeler celles décrites par Emmanuel Macron, qui, comme Israël, ne veut pas limiter un éventuel “pass sanitaire” à un simple certificat de vaccination.

Captures d'écran de l'application israélienne Ramzor
Captures d'écran de l'application israélienne Ramzor © BFMTV

Un QR code à scanner

Si l’un de ces critères est rempli, les Israéliens peuvent alors accéder à de nombreux événements publics tels que des concerts, des rencontres sportives, mais aussi des musées ou des restaurants. Sur smartphone, le “passeport vert” se matérialise par un QR code affiché à l’écran, à scanner à l’entrée des différents lieux. Ceux qui ne disposent pas de smartphone peuvent l’imprimer ou se le faire envoyer par la poste.

Selon les cas, le passeport sanitaire israélien affiche différentes dates d’expiration: six mois pour les vaccinés (une échéance pouvant évoluer selon l’efficacité du vaccin), 72 heures après un test PCR ou jusqu’au 30 juin 2021 pour les Israéliens considérés comme guéris du Covid.

Si ces passeports sanitaires visent à accélérer la réouverture des lieux publics, ils pourront aussi être utilisés à l’échelle internationale pour les voyageurs, à condition que les pays s’accordent sur les critères à retenir. Au printemps, le “passeport vert” proposé par l’application Ramzor permettra notamment aux Israéliens de se rendre dans différents pays comme l’Ukraine, la Serbie, mais aussi la Grèce, Chypre et la Roumanie.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech