BFMTV

Irak: la ville de Fallouja reprise à Daesh

L'armée irakienne avait lancé l'offensive contre Daesh à Fallouja il y a plusieurs semaines.

L'armée irakienne avait lancé l'offensive contre Daesh à Fallouja il y a plusieurs semaines. - Haidar Mohammed Ali - AFP

Selon l'armée irakienne, la ville de Fallouja a été totalement libérée de Daesh, qui la contrôlait depuis plus de deux ans.

C'est une victoire symbolique dans la lutte contre Daesh. L'armée irakienne a annoncé dimanche avoir totalement libéré la ville de Fallouja, première ville du pays à être tombée aux mains du groupe terroriste, en janvier 2014.

"Aujourd'hui, le commandant des opérations à Fallouja, le général Abdelwahab al-Saadi, annonce que la ville a été libérée après que les forces d'élite du contre-terrorisme ont pris le contrôle du quartier Al-Jolan", a indiqué à l'AFP un porte-parole des forces irakiennes, Sabah al-Noman.

"Al-Jolan, qui était le dernier bastion de Daesh dans la ville, est à présent à l'abri de ce groupe terroriste", a ajouté le porte-parole. "Il n'a pas fallu plus de deux heures aux (forces antiterroristes) CTS pour s'emparer de ce quartier et Daesh n'a pas tiré une seule balle", ce qui démontre qu'il avait été "défait avant même l'entrée des troupes dans le quartier", a-t-il ajouté.

Quelques heures après cette annonce, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi s'est rendu à Fallouja, où il a appelé les citoyens à "célébrer la victoire". "J'appelle les Irakiens où qu'ils soient à sortir et célébrer" la victoire, a-t-il déclaré à la télévision publique devant l'hôpital de la ville, un drapeau irakien autour du cou.

Encore des "poches de résistance"

Les forces irakiennes avaient lancé le 23 mai l'offensive pour reprendre Fallouja aux mains de Daesh depuis janvier 2014, année où le groupe ultraradical s'est emparé de plusieurs pans du territoire irakien, surtout au nord et à l'ouest de Bagdad.

Il y a dix jours, le groupe terroriste n'en contrôlait plus qu'une petite partie. Un porte-parole pour le commandement conjoint de coordination des opérations contre l'État islamique (EI, l'autre nom de Daesh, NDLR) en Irak a pour sa part déclaré qu'il "existait encore des poches de résistance de l'EI au nord-ouest de Fallouja".

Depuis le début de l'opération, la population civile s'était retrouvée coincée au milieu des combats. Des dizaines de milliers d'habitants de la ville ont fui depuis le début de l'offensive et leur retour, une fois la ville entièrement reprise aux jihadistes, risque d'être rendu compliqué par la présence en masse d'engins explosifs.

H. M. avec AFP