BFMTV

Afghanistan: la libération de 65 talibans provoque la colère de Washington

La base aérienne américaine de Bagram en Afghanistan

La base aérienne américaine de Bagram en Afghanistan - -

Kaboul avait annoncé le mois dernier que des prisonniers seraient libérés en raison d'un manque de preuve. Mais les États-Unis craignent pour leur sécurité.

Ils ont quitté l'enceinte des murs de la prison de Bagram ce jeudi matin. Les autorités afghanes ont libéré 65 combattants talibans présumés. Une décision qui a suscité les vives protestations des Etats-Unis qui voient en eux une menace pour la sécurité du pays.

Kaboul avait indiqué le 9 janvier dernier qu'un total de 72 détenus de la prison de Bagram, près de la capitale Kaboul, seraient relâchés en raison d'un manque de preuves contre eux, ce qui avait déclenché de vives protestations de responsables américains.

Des prisonniers dangereux, estiment les Etats-Unis

Selon les Etats-Unis, ces prisonniers sont des "personnes dangereuses" directement liées à des attaques meurtrières contre des soldats de l'Otan et des membres des forces nationales afghanes.

Plus tôt cette semaine, les autorités afghanes ont indiqué avoir "réétudié" les dossiers de ces détenus à la lumière des plaintes des Etats-Unis.

La libération de ces 65 prisonniers est un "pas en arrière pour l'état de droit en Afghanistan" et "une source d'inquiétude légitime" pour les forces de sécurité afghanes et internationales confrontées à l'insurrection talibane, ont réagi cette semaine les forces américaines.

Le contrôle de l'essentiel de la prison de Bagram, baptisée la "Guantanamo d'Orient", a été transmis aux autorités afghanes par les Etats-Unis en mars 2013. Les Etats-Unis contrôlent toutefois encore la portion de cette prison où sont détenus des combattants présumés non-afghans, notamment des Pakistanais.

A.D. avec AFP