BFMTV

Ukraine: trois anciens présidents soutiennent la contestation

Victor Iouchtchenko, le 28 novembre 2004, était président d'Ukraine entre 2005 et 2010.

Victor Iouchtchenko, le 28 novembre 2004, était président d'Ukraine entre 2005 et 2010. - -

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle se sont également exprimés.

Face au pouvoir à Kiev, les manifestants partisans de l'intégration de l'Ukraine à l'UE ont reçu des soutiens de poids. Trois ex-présidents de l'Ukraine ont apporté leur appui, soulignant le risque de "conséquences graves" de cette crise pour la souveraineté de l'ex-république soviétique tiraillée ente l'UE et la Russie.

"Nous exprimons notre solidarité avec les actions pacifiques des centaines de milliers de jeunes Ukrainiens", écrivent Léonid Kravtchouk, Léonid Koutchma et Viktor Iouchtchenko dans une lettre ouverte.

"Des conséquences graves"

Le mouvement "a un soutien sans précédent" dans la société, ont écrit les trois ex-présidents, dont l'influent Léonid Koutchma, parrain politique de l'actuel chef de l'Etat Viktor Ianoukovitch. "Leur attachement au choix européen, aux valeurs démocratique, suscite le respect", écrivent les trois présidents à propos des manifestants.

"La crise politique profonde qui se développe en Ukraine risque d'avoir des conséquences graves pour l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine", poursuivent-ils.

Kerry veut que les Ukrainiens choisissent leur avenir

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré en Moldavie que les Ukrainiens devraient avoir "la possibilité de choisir (leur) avenir". Il a ajouté: "Au peuple ukrainien, nous disons la même chose: vous méritez vous aussi la possibilité de choisir votre avenir".

Le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle a rencontré les dirigeants de l'opposition avant de se rendre auprès des manifestants. "Nous sommes ici en tant qu'Européens chez les Européens. Les portes de l'Union européenne restent ouvertes", a-t-il déclaré devant la presse.

Plusieurs milliers de manifestants restaient mercredi sur la place de l'Indépendance où des tentes et des braséros étaient installés pour faire face au froid. "L'Ukraine, c'est l'Europe", est-il écrit sur leurs pancartes.

A.D. avec AFP