BFMTV

Ukraine: les manifestants sont des milliers devant le Parlement

Les forces de l'ordre tentent de protéger le Parlement le 3 décembre 2013.

Les forces de l'ordre tentent de protéger le Parlement le 3 décembre 2013. - -

Comme les jours précédents, plus de mille personnes ont passé la nuit de lundi à mardi sur la place de l'Indépendance

Ils sont toujours et encore présents dans les rues de Kiev. Plusieurs milliers d'Ukrainiens manifestaient mardi devant le Parlement, qui s'apprêtait à examiner une motion de défiance du gouvernement, sous la pression d'une mobilisation inédite depuis la Révolution orange après avoir renoncé à un rapprochement avec l'UE.

"Honte!", criait la foule brandissant de nombreux drapeaux ukrainiens rassemblée devant la Rada (Parlement) qui est encerclée par un cordon de plusieurs centaines de représentant de forces de l'ordre casqués. Après une manifestation ayant rassemblé plus de 100.000 personnes dimanche, l'opposition réclame le départ du pouvoir ukrainien.

Libération de Timochenko

"Ce que nous exigeons, c'est d'abord de voter un texte sur le départ du gouvernement et ensuite de soumettre au vote la libération (de l'opposante Ioulia) Timochenko et de trois militants arrêtés illégalement", a déclaré lundi soir l'un des leaders de l'opposition, Arseni Iatseniouk, proche de l'ex-Premier ministre emprisonnée.

Plus de mille personnes ont passé la nuit de lundi à mardi sur la place de l'Indépendance, ont rapporté des journalistes de l'AFP. La plupart d'entre eux se sont rassemblés mardi matin autour du parlement, rejoints par plusieurs milliers de manifestants.

"On est ici pour faire la révolution. On restera ici jusqu'à la victoire, on n'a peur de rien", a assuré à l'AFP Anatoli Krilouchine, 65 ans, arrivé trois jours plus tôt de Berdytchiv dans l'ouest du pays.

Une centaine de manifestants favorables au président ukrainien était rassemblés à proximité du gouvernement, également sous haute surveillance policière.

Coups d'Etat?

"Ce qui se passe présente tous les signes d'un coup d'État", a dénoncé lundi le Premier ministre, Mykola Azarov. Il a également affirmé qu'une prise d'assaut du parlement était en préparation, sans donner plus de précisions.

Le président russe Vladimir Poutine, qui a joué un rôle décisif pour dissuader Kiev de signer l'accord avec l'UE, a lui aussi fustigé lundi les manifestations en Ukraine, "préparées de l'extérieur" et qui "ressemblent plus à un pogrom qu'à une révolution".

La Maison Blanche, en revanche, a estimé qu'il s'agissait de "manifestations pacifiques" durement réprimées.

A.D. avecAFP