BFMTV

Ukraine: tensions croissantes à la veille des référendums d'indépendance

Les forces pro-russes ont décidé de maintenir la date des référendums malgré un climat de tensions grandissant.

Les forces pro-russes ont décidé de maintenir la date des référendums malgré un climat de tensions grandissant. - -

Les tensions montent dans les régions ukrainiennes où seront organisés dimanche des référendums d'indépendance. Kiev tente de ramener l'ordre dans l'est du pays à moins d'un mois des élections présidentielles.

La tension monte. Les violences s'amplifient en Ukraine, à la veille de référendums ouvrant la voie à une déclaration d'indépendance d'une partie de l'est russophone du pays. Les séparatistes pro-russes, malgré une demande de report émanant de Vladimir Poutine, ont décidé de maintenir le scrutin sur l'indépendance des "républiques populaires" autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Au total, ces deux régions représentent 7,3 millions d'habitants sur les 45,5 millions que compte l'Ukraine.

Les rebelles affirment que tout sera prêt à temps pour le vote et se disent certains que la population approuvera leur projet, en dépit de sondages suggérant au contraire qu'une grande partie des habitants de l'est du pays sont favorables à l'unité de l'Ukraine. Samedi, François Hollande et Angela Merkel ont jugé ces référendums "illégaux".

21 morts à Marioupol

Signe de la nervosité ambiante, une équipe humanitaire de la Croix-Rouge composée d'un Suisse et de huit Ukrainiens a été arrêtée vendredi soir par les insurgés pro-russes à Donetsk en raison de soupçons d'"espionnage". Ils ont été libérés quelques heures plus tard, a indiqué l'organisation. "Personne n'a été blessé", a précisé un porte-parole à Genève.

Plus tôt vendredi, de violents combats avaient opposé les insurgés pro-russes aux forces armées ukrainiennes dans la ville portuaire de Marioupol (sud-est). Les affrontements ont fait 21 morts parmi les insurgés, a affirmé le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov. Un jour de deuil a été décrété samedi à Marioupol, selon les autorités locales.

Elections prévues le 25 mai

Des incidents se sont également produits à Donetsk, où une unité d'une centaine d'hommes de la garde nationale ukrainienne, hébergée dans un sanatorium, a été attaquée par des groupes pro-russes armés. Une brève fusillade a fait deux blessés, puis les militaires ont été désarmés et ont été contraints de quitter les lieux, selon des pro-russes présents sur place.

Kiev est déterminée à rétablir l'ordre dans l'est, alors que l'Ukraine est engagée depuis huit jours dans une opération militaire ayant déjà fait des dizaines de morts. Les enjeux sont grands pour Kiev: un scrutin présidentiel anticipé doit se tenir le 25 mai dans le pays, afin de remplacer le pro-Russe Viktor Ianoukovitch, destitué fin février après trois mois de contestation pro-européenne.

M. K. avec AFP