BFMTV

Pourquoi il ne faut pas sous-estimer l'avancée de Daesh en Europe 

Réalisant des attaques tous azimuts, le groupuscule de l'Etat islamique poursuit sa lente progression vers l'Europe. (Photo d'illustration)

Réalisant des attaques tous azimuts, le groupuscule de l'Etat islamique poursuit sa lente progression vers l'Europe. (Photo d'illustration) - STR - Raqqa Media Center - AFP

Attentat en Turquie, destruction d'un navire militaire égyptien en mer Méditerranée et découverte d'un bastion dans un village reculé au coeur de la Bosnie: menant des attaques tous azimuts, l'Etat islamique s'approche de l'Europe. Une menace sérieuse, que décrypte Frédéric Encel, spécialiste du Moyen-Orient.

Ce sont des attaques inédites. Au cours de ces derniers jours, l'organisation terroriste Etat islamique (EI) a frappé à plusieurs reprises des cibles nouvelles, agissant pour la première fois en Turquie lors d'un attentat suicide qui a fait 30 morts lundi, jusqu'en mer Méditerranée, où Daesh a récemment revendiqué la destruction d'un navire militaire égyptien. De véritables actes de guerre, aux portes de l'Europe.

Dans le même temps, plusieurs médias britanniques ont affirmé qu'un village reculé de Bosnie-Herzégovine, dans les Balkans, pourrait renfermer un bastion de Daesh, directement sur le "Vieux Continent", à quelques encablures seulement de l'Union européenne. Aux attentats et aux soupçons, s'ajoutent également les déclarations: dans une récente vidéo de propagande, l'organisation terroriste a affirmé vouloir livrer une guerre "sans merci" à l'Algérie, avant de vouloir reconquérir l'Andalousie.

Une cible politique et idéologique

Ces derniers faits marquent-ils une réelle avancée de l'organisation islamiste vers l'Europe? "Il y a une menace certaine", répond Frédéric Encel, spécialiste du Moyen-Orient et maître de conférence à Sciences Po Paris, contacté par BFMTV.com.

"Tout d'abord, l'Europe représente une cible idéologique, qui n'a jamais été cachée, pour Daesh. L'Europe, c'est tout d'abord la démocratie, et l'Etat islamique déteste ça, il veut la démonter, la détruire." 

Dans un second temps, décrypte le géopolitologue, l'Europe possède nombre de territoires que les islamistes en tout genre, qui ne se revendiquent pas uniquement de Daesh, rêvent de conquérir et reconquérir. A leurs yeux, "toute terre ayant été contrôlée par des musulmans dans l'Histoire doit redevenir une terre musulmane et souscrire à la Charia", précise l'expert. "C'est le cas de l'Andalousie évoquée par l'Etat islamique, mais aussi d'une zone qui recouvre une grande partie des Balkans jusqu'à Vienne, en Autriche, qui a notamment, à deux reprises, été contrôlée par les musulmans."

Des attaques tous azimuts

Comme il l'a montré ces derniers jours, l'Etat islamique mène désormais des attaques tous azimuts. Ce qui rend sa stratégie encore plus difficile à lire et, in fine, à contrer. Mais si la présence d'un bastion de Daesh dans un petit village perdu de Bosnie venait à être confirmée, le message serait alors on ne peut plus clair.

"Ce serait la première fois que l'Etat islamique a une branche en Europe, sur une terre où la grande majorité des gens sont de culture musulmane même si les pratiquants sont assez peu nombreux dans ce pays", note Frédéric Encel. Un terreau potentiellement fertile pour l'organisation terroriste, qui a déjà appelé les musulmans bosniens à se soulever à faire le jihad.

A ce titre, quels autres pays pourraient être dans le viseur de Daesh? "Des Etats comme l'Albanie, ou le Kosovo pourraient être susceptibles d'intéresser l'Etat islamique", juge ainsi le géopolitologue. "Mais il y a également des zones, dans plusieurs pays, comme l'Allemagne, l'Angleterre, et bien sûr la France, que Daesh essaye d'accaparer. C'est le cas de certains nos quartiers de banlieue", ajoute-t-il. Avant de conclure: "C'est à prendre très au sérieux".
https://twitter.com/jmaccaud Jérémy Maccaud Chef d'édition BFMTV