BFMTV
International
en direct

Réunion mardi du Conseil de sécurité de l'ONU sur les derniers bombardements russes

Réunion mardi du Conseil de sécurité de l'ONU sur les derniers bombardements russes

Des pompiers ukrainiens tentent d'éteindre le feu déclenché suite à une frappe sur le centre commercial de Krementchouk dans le centre de l'Ukraine, le 27 juin 2022.

Le président ukrainien doit s'exprimer par visioconférence en milieu de matinée. Il devrait continuer de demander plus d'armes et de sanctions envers la Russie, au lendemain de nouvelles frappes sur Kiev.

Ce direct est terminé

Merci de l'avoir suivi sur BFMTV.com.

Le point sur la situation à minuit

• 8 civils tués et 21 blessés dans un bombardement russe à Lyssytchansk. Les victimes étaient en train de collecter de l'eau au moment de la frappe.

Frappe sur un centre commercial: Volodymyr Zelensky dénonce un "acte terroriste éhonté" de la Russie. Emmanuel Macron a de son côté dénoncé une "horreur absolue".

La France annonce l'envoi de véhicules de transport blindés en Ukraine. Sébastien Lecornu, ministre des Armées, confirme par ailleurs l'envoi à l'Ukraine de six canons Caesar supplémentaires, fleuron de l'artillerie française, au-delà des douze déjà déployés face aux Russes.

La France annonce l'envoi de véhicules de transport blindés en Ukraine

La France va envoyer "dans des quantités significatives" des véhicules blindés de transport de troupes en Ukraine, annonce le ministre français des Armées Sébastien Lecornu dans une interview publiée lundi soir.

"Pour se déplacer rapidement dans des zones sous le feu ennemi, les armées ont besoin de véhicules blindés", souligne-t-il dans un entretien accordé au Parisien-Aujourd'hui en France et diffusé sur le site internet du quotidien.

La France va donc "livrer, dans des quantités significatives, des véhicules de transport de ce type, des VAB (Véhicules de l'avant blindés), qui sont armés", ajoute-t-il.

Sébastien Lecornu confirme par ailleurs l'envoi à l'Ukraine de six canons Caesar supplémentaires, fleuron de l'artillerie française, au-delà des douze déjà déployés face aux Russes.

"Une horreur absolue": Emmanuel Macron dénonce la frappe russe à Krementchouk

Emmanuel Macron a réagi au bombardement russe qui a fait au moins 13 morts dans un centre commercial de Krementchouk, en Ukraine.

"Le bombardement d’un centre commercial à Krementchouk par la Russie est une horreur absolue. Nous partageons la douleur des familles des victimes. Et la colère devant une telle ignominie", a écrit le chef de l'État sur Twitter.

Il a accompagné son message d'une vidéo montrant le bâtiment en flamme, estimant que "le peuple russe doit voir la vérité".

La Russie interdit de territoire 43 personnalités canadiennes

La Russie a interdit lundi l'entrée sur son territoire à 43 personnalités canadiennes supplémentaires, en réponse aux sanctions annoncées par Ottawa contre des Russes pour punir Moscou de son offensive en Ukraine.

Dans la foulée, le Canada a annoncé de nouvelles sanctions contre la Russie.

La nouvelle liste publiée par le ministère russe des Affaires étrangères inclut notamment Suzanne Cowan, la présidente du Parti libéral canadien du Premier ministre Justin Trudeau, ainsi que Mark Carney, ancien gouverneur de la Banque du Canada et de celle d'Angleterre.

Des hauts fonctionnaires, conseillers politiques et membres de la société civile ont également été sanctionnés.

Réunion mardi du Conseil de sécurité de l'ONU demandée par l'Ukraine sur les derniers bombardements russes

L'Ukraine a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur les derniers bombardements russes contre des cibles civiles en Ukraine. Celle-ci se tiendra qui se tiendra mardi à 20h, a appris l'AFP auprès de la présidence albanaise de la plus haute instance onusienne.

Le tir d'un missile lundi sur un centre commercial à Krementchouk, dans le centre de l'Ukraine, "sera le sujet principal" de cette session, a précisé un porte-parole de la mission albanaise.

Les "tirs de missiles sur Kiev" dimanche, ayant touché un complexe résidentiel, seront aussi abordés lors de la réunion, a-t-on précisé de même source.

Frappe sur un centre commercial: Volodymyr Zelensky dénonce un "acte terroriste éhonté" de la Russie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé lundi en tant qu'"acte terroriste éhonté" la frappe de missiles russes contre un centre commercial à Krementchouk, dans le centre de l'Ukraine, faisant au moins 13 morts et plus de 40 blessés.

"La frappe russe d'aujourd'hui sur un centre commercial à Krementchouk est l'un des actes terroristes les plus éhontés de l'histoire européenne. Une ville paisible, un centre commercial ordinaire (avec) à l'intérieur des femmes, des enfants, des civils ordinaires", a-t-il déclaré dans une vidéo diffusée sur Telegram.

La France "condamne" le tir de missile russe sur un centre commercial

Après le bombardement d'un centre commercial à Krementchouk en Ukraine, le quai d'Orsay a réagi.

"La France condamne le tir de missile russe qui a frappé un supermarché à Krementchouk en Ukraine et qui a fait une dizaine de morts et plusieurs douzaines de blessés", a exprimé la diplomatie française dans un communiqué.

"En bombardant de façon indiscriminée des civils et des infrastructures civiles partout en Ukraine, la Russie poursuit ses violations effroyables du droit humanitaire international", a ajouté le quai d'Orsay, assurant que la Russie "devra répondre de ces actes".

8 civils tués et 21 blessés dans un bombardement russe à Lyssytchansk

Au moins huit civils ukrainiens ont été tués et 21 autres blessés dans un bombardement russe lundi alors qu'ils collectaient de l'eau à Lyssytchansk (est), ville jumelle de celle de Severodonetsk conquise récemment par les forces de Moscou, a annoncé le gouverneur régional.

"Les Russes ont tiré sur une foule de gens avec des lance-roquettes multiples Ouragan, au moment où les civils collectaient de l'eau depuis une citerne. Huit habitants sont morts, 21 ont été emmenés à l'hôpital", a indiqué sur Telegram Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk.

Lyssytchansk est la dernière grande ville qu'il reste à conquérir pour les Russes dans la région de Lougansk, l'une des deux provinces du bassin industriel du Donbass.

Le point sur la situation à 21h

• Au moins 10 morts après une frappe russe sur un centre commercial dans le centre de l'Ukraine. Les faits se sont produits à Krementchouk, dans un lieu où au moins 1000 civils se trouvaient selon les autorités ukrainiennes. L'ONU a qualifié l'attaque de "totalement déplorable", et les États-Unis ont assuré que "le monde était horrifié" par cette nouvelle frappe, qui a également fait 40 blessés selon un premier bilan.

• 8 diplomates grecs expulsés par la Russie. Cette mesure intervient suite à la livraison de matériel militaire par Athènes à l'Ukraine. En avril, la Grèce avait annoncé l'expulsion de 12 diplomates russes.

• La Lituanie visée par une cyberattaque "probablement russe". Cette offensive numérique a été qualifiée "d'intensive", et intervient après d'importantes menaces russes portées contre Vilnius. En cause, les restrictions imposées concernant le transit vers l'enclave russe de Kaliningrad.

• 4 morts après de nouvelles frappes sur Kharkiv. Ce lundi, quatre districts de Kharkiv ont été visés par des frappes russes. 19 personnes ont également été blessées, dont 4 enfants, a affirmé sur Telegram le gouverneur de la région.

Le chef de la diplomatie américaine déclare que "le monde est horrifié" après la frappe russe sur un centre commercial

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a déclaré que le monde était "horrifié" par la frappe de missile russe lundi sur un centre commercial dans le centre de l'Ukraine qui a fait au moins dix morts et 40 blessés.

Décrivant la frappe de missile comme "la dernière en date d'une série d'atrocités", le secrétaire d'Etat a dit sur Twitter que les Etats-Unis continueraient de soutenir leurs partenaires ukrainiens et feraient "rendre des comptes à la Russie, y compris à ceux responsables d'atrocités".

Amnesty presse la France de modifier sa loi sur les crimes contre l'humanité commis à l'étranger

Amnesty International a pressé la France lundi de modifier sa loi sur les crimes contre l'humanité commis à l'étranger, pour s'assurer de pouvoir traduire devant la justice française d'éventuels criminels de guerre en Ukraine ou en Syrie, entre autres, et ne pas devenir une terre d'"impunité".

"Il faut un changement de loi, une révision de la loi et lever ces verrous pour revenir à une compétence universelle qui soit compatible avec les obligations de la France", a exhorté en conférence de presse Me Jeanne Sulzer, avocate d'Amnesty International France.

À ce jour, la justice française ne peut se saisir que si un auteur ou une victime d'un crime de guerre à l'étranger est français, ou si un auteur a sa résidence habituelle sur le territoire national. La loi du pays où ont été commis ces crimes doit reconnaître les crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Seul le parquet peut engager des poursuites, et il doit préalablement s'assurer de l'absence de poursuite diligentée par la CPI ou un autre Etat compétent.

Le gouverneur de la région de Kharkiv annonce la mort de 4 personnes après des frappes russes

Sur sa chaîne Telegram, le gouverneur de la région de Kharkiv Oleh Synehoubov a indiqué que quatre districts de Kharkiv avaient été visés par des frappes russes ce lundi.

Quatre personnes sont mortes suite à ces frappes, a-t-il précisé, ainsi que 19 blessés, dont quatre enfants.

Oleh Synehoubov a également partagé un point d'étape opérationnel dans le même message.

"L'ennemi a tenté de lancer un assaut sur Kharkiv mais a subi de lourdes pertes et s'est retiré. Dans la direction d'Izioum, nos défenseurs tiennent de nombreuses positions. Les forces armées ukrainiennes ne permettent pas à l'ennemi de s'approcher de Kharkiv", a-t-il indiqué.

L'ONU juge "totalement déplorable" la frappe russe contre un centre commercial en Ukraine

La frappe russe survenue lundi contre un centre commercial à Krementchouk, dans le centre de l'Ukraine, est "totalement déplorable", a déclaré le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, lors de son point-presse quotidien.

"Nous soulignons une fois de plus que les parties sont tenues, en vertu du droit international humanitaire, de protéger les civils et les infrastructures civiles", a-t-il ajouté.

La Russie expulse 8 diplomates grecs

La Russie a annoncé lundi l'expulsion de huit diplomates grecs en raison notamment de la livraison de matériel militaire par Athènes à l'Ukraine.

Lors d'une convocation au ministère russe des Affaires étrangères, l'ambassadeur grec à Moscou s'est vu remettre une note lui indiquant que huit diplomates grecs disposaient de huit jours pour quitter le pays, a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué.

En avril, la Grèce avait annoncé l'expulsion de 12 diplomates russes dans la foulée de l'intervention militaire de Moscou en Ukraine.

La Lituanie se dit visée par une cyberattaque "probablement" russe

La Lituanie a déclaré lundi avoir été la cible d'une cyberattaque "intensive", sur un fond de menaces brandies par la Russie envers ce pays balte qui a instauré des restrictions sur le transit vers l'enclave russe de Kaliningrad.

Selon Jonas Skardinskas, le directeur du Centre national de cybersécurité, les attaques provenaient "probablement" de Russie.

Pour Boris Johnson, la frappe sur le centre commercial de Krementchouk montre "la cruauté et la barbarie" de Poutine

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a condamné lundi la frappe russe sur un centre commercial en Ukraine, qui montre selon lui "la cruauté et la barbarie" de Vladimir Poutine et ne fait que "renforcer la détermination" occidentale à soutenir Kiev.

"Cette attaque épouvantable a montré une fois de plus les profondeurs de la cruauté et de la barbarie auxquelles le dirigeant russe est prêt à tomber", a déclaré le Premier ministre britannique dans un communiqué.

Au moins 10 morts et plus de 40 blessés dans la frappe russe qui a visé un centre commercial à Krementchouk

Au moins dix personnes ont été tuées et plus de 40 autres blessées dans une frappe de missile russe lundi sur un centre commercial dans le centre de l'Ukraine, a annoncé le gouverneur régional, avertissant que le bilan pourrait s'alourdir.

"Dix morts et plus de 40 personnes ont été blessées. Voici actuellement la situation à Krementchouk à cause de la frappe de missile", a indiqué Dmytro Lounine, à la tête de l'administration de la région de Poltava.

Vladimir Poutine compte se rendre au sommet du G20 en Indonésie

Le président russe Vladimir Poutine compte être présent au sommet du G20 en novembre à Bali, en Indonésie, après avoir reçu une invitation officielle, a annoncé lundi le conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov. "Nous avons reçu l'invitation officielle (...). Et nous avons répondu positivement en disant que nous sommes intéressés par une participation", a déclaré Iouri Ouchakov à la presse.

Il a toutefois précisé qu'il restait encore "beaucoup de temps" avant le sommet prévu pour les 15 et 16 novembre, suggérant ainsi que le format de la participation russe pourrait être modifié. "Mais, pour l'heure, l'invitation est (faite) pour une participation en personne", a souligné Iouri Ouchakov.

Un missile frappe un centre commercial ukrainien à Krementchouk: "il y avait plus d’un millier de civils" sur place, déclare Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a publié sur son réseau Telegram une vidéo d'un centre commercial en feu à Krementchouk, au centre du pays. "Le nombre de victimes est impossible à imaginer", déclare le président ukrainien.

"Les occupants ont lancé une frappe de missile sur un centre commercial. Il y avait plus d’un millier de civils. Le centre commercial est en feu, les sauveteurs éteignent l'incendie", écrit-il encore.

750.000 euros récoltés pour l'Ukraine avec des photos dénudées

Deux Ukrainiennes ont lancé une plateforme baptisée TerOnlyFans dès le début du conflit: les internautes peuvent effectuer un don à plusieurs organismes, puis ils montrent la preuve de leur don et reçoivent en échange une photo dénudée de l'un ou l'une des volontaires. Le site revendique actuellement 750.000 euros collectés.

Notre article complet ICI.

La joueuse de tennis ukrainienne Elina Svitolina se dit "en mission" pour aider l'Ukraine

La joueuse de tennis ukrainienne Elina Svitolina, originaire d'Odessa, a déclaré qu'elle se sentait en "mission" pour aider son pays, au journal américain CNN. La joueuse de 27 ans s'était déjà mise en retrait des cours de tennis en raison de sa grossesse, mais aussi pour concentrer ses efforts sur la collecte de fonds et la sensibilisation sur le sort de son pays.

Récemment nommée ambassadrice, le président ukrainien Volodymyr Zelensky l'a chargée d'unir la communauté sportive autour de la cause de la guerre en Ukraine et de maintenir la sensibilisation.

Elle explique à CNN Sport être toujours en contact avec une partie de sa famille restée en Ukraine, comme sa grand-mère à Odessa. "Il est important de rester en contact avec elle tous les jours pour la soutenir de toutes les manières possibles", déclare-t-elle.

Gibraltar va vendre aux enchères le yacht d'un oligarque russe

Saisi en mars à Gibraltar, le yacht de l'oligarque russe Dimitri Pumpianski, visé par des sanctions britanniques instaurées suite à l'invasion russe de l'Ukraine, va être vendu aux enchères, a décidé un tribunal de cette enclave britannique. Ce navire, battant pavillon maltais et baptisé Axioma, avait été saisi par les autorités de ce petit territoire situé à l'extrême sud de l'Espagne après une plainte déposée par la banque américaine JP Morgan.

Cette banque avait accordé en décembre un prêt de 20,5 millions d'euros à une société enregistrée dans les Îles Vierges britanniques, dont l'actionnaire était une société chypriote, elle-même propriété de Dimitri Pumpianski.

JP Morgan considère que le placement de l'oligarque sur la liste des personnalités russes visées par des sanctions britanniques constitue une entorse à cet accord de prêt. Les sanctions entraînent notamment un gel des actifs des hommes d'affaires visés, mettant en péril le remboursement des créances. La banque avait donc fait appel aux autorités de Gibraltar pour qu'elles saisissent le yacht, qui avait été enregistré comme l'une des garanties du prêt.

L'ancien président ukrainien Petro Porochenko "salue" les déclarations du G7 sur la guerre en Ukraine

"Je salue les décisions de la réunion des dirigeants du G7" de "soutenir l'Ukraine et punir la Russie autant et aussi longtemps que nécessaire", a tweeté ce lundi l'ancien président ukrainien Petro Porochenko, saluant "une autre étape vers l'établissement d'une coalition mondiale anti-Poutine".

"La solidarité internationale avec l'Ukraine renforce notre résilience et notre confiance dans la victoire de la guerre, qui a été déclarée par le régime de Poutine".

Ukraine: "aujourd'hui ce n'est pas le moment de la négociation", a dit Zelensky au G7

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré lundi aux dirigeants du G7 que le temps de la négociation avec la Russie n'était pas venu et que l'Ukraine devait d'abord consolider ses positions, a indiqué la présidence française.

"Le président Zelensky a fait à tous une réponse qui était très claire, c'est qu'aujourd'hui ce n'est pas le moment de la négociation, l'Ukraine négociera quand il sera en position de le faire c'est-à-dire quand il aura rétabli au fond une position de force", a déclaré l'Élysée.

Zelensky demande au G7 de "limiter les prix du pétrole" russe

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé lundi au G7 de renforcer les sanctions contre la Russie "en limitant les prix du pétrole" exporté par Moscou. "Pour nous, une position cohérente des pays du G7 concernant les sanctions est importante. Elles doivent être renforcées encore, en limitant les prix du pétrole exporté par l'agresseur", a-t-il écrit sur son compte Telegram pour rendre compte de son intervention en visioconférence devant le sommet du G7 qui se tient en Allemagne.

Les pays de l'Otan vont porter à plus de 300.000 militaires leurs forces à haut niveau de préparation

Les dirigeants de l'Otan vont décider lors du sommet de Madrid mercredi de transformer leur Force de réaction et de porter "bien au dessus" de 300.000 militaires les troupes à haut niveau de préparation afin de faire face à la menace constituée par la Russie, a annoncé lundi le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg.

"Nous allons également renforcer notre capacité à nous renforcer en cas de conflit, grâce à davantage d'équipements prépositionnés, de capacités déployées à l'avant, comme la défense aérienne, et avec des forces pré-affectées à la défense de certains alliés", a ajouté le Norvégien Jens Stoltenberg.

"Nous sommes aux côtés des Ukrainiens": Emmanuel Macron publie une photo du G7 sur Twitter

Alors que Volodymyr Zelensky est intervenu au G7 dans la matinée par visioconférence interposée, Emmanuel Macron a illustré l'échange entre le président ukrainien et ses partenaires réunis en Bavière.

Le président français a en effet partagé sur Twitter une photo montrant les dirigeants des sept premières puissances mondiales autour d'une table, auprès d'un écran où apparaît Volodymyr Zelensky.

"Le peuple ukrainien se bat pour la paix. Nous sommes à ses côtés. Par solidarité et car l’agression de l’Ukraine par la Russie menace la stabilité de l’Europe et du monde, et a des impacts sur nos populations. Aujourd’hui le G7 se tient avec le Président Zelensky", a écrit le chef de l'Etat.

Le G7 s'engage à soutenir l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra"

Les dirigeants du G7 ont promis lundi "de continuer à fournir un soutien financier, humanitaire, militaire et diplomatique" à l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra", dans une déclaration commune publiée lors de leur sommet dans le sud de l'Allemagne.

Ils ont également exprimé leur "vive inquiétude" après l'annonce par la Russie qu'elle pourrait transférer des missiles à capacité nucléaire au Bélarus. Les sept dirigeants se sont entretenus lundi matin par visioconférence avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le G7 va "continuer à accroître la pression sur Poutine", assure Olaf Scholz à Volodymyr Zelensky

Le G7 va "continuer à accroître la pression" sur le président russe Vladimir Poutine, a assuré le chancelier allemand Olaf Scholz dans un tweet à l'adresse du président ukrainien Volodymyr Zelensky qui s'est exprimé lundi par visioconférence devant les dirigeants des sept puissances.

"En tant que G7, nous sommes unis aux côtés de l'Ukraine et nous continuerons à la soutenir. Pour cela, nous devons tous prendre des décisions difficiles mais nécessaires. (...) Nous continuerons à accroître la pression sur Poutine. Cette guerre doit prendre fin", a écrit le chancelier, hôte du sommet qui se déroule dans le sud de l'Allemagne jusqu'à mardi.

Washington veut fournir à l'Ukraine des missiles sol-air de "moyenne et longue portée"

Les États-Unis envisagent de fournir à l'Ukraine un système sophistiqué de missiles sol-air de "moyenne et longue portée", a indiqué lundi une source proche du dossier, soulignant que c'était "une priorité" du président Joe Biden.

"Il est possible que les États-Unis annoncent cette semaine l'achat pour l'Ukraine d'un système NASAMS" (National Advanced Surface-to-Air Missile System), a fait savoir cette source, précisant que Washington devrait aussi rendre publique la livraison aux forces ukrainiennes d'autres équipements, notamment des munitions pour l'artillerie et des radars.

Il reste "80 navires étrangers bloqués avec des équipages" dans les ports ukrainiens, selon Kiev

Dmytro Barinov, chef adjoint de l'administration des ports maritimes, a déclaré ce lundi qu'il y avait encore "environ 80 navires étrangers bloqués avec des équipages dans nos ports." Les "marchandises restent sur ces navires, mais elles ne peuvent pas quitter les ports dans ces circonstances", a-t-il déclaré, précisant que dans certains cas, l'équipage avait pu partir et était remplacé par des marins ukrainiens.

Poutine au Tadjikistan mardi, premier voyage depuis l'offensive contre l'Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine va effectuer mardi au Tadjikistan, pays ex-soviétique et allié d'Asie centrale, son tout premier déplacement depuis l'offensive lancée fin février contre l'Ukraine, a annoncé lundi le Kremlin. "Une visite de travail du président Poutine est prévue demain au Tadjikistan", a indiqué le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, alors que le maître du Kremlin est également attendu mercredi au Turkménistan à un sommet des pays riverains de la mer Caspienne.

Zelensky demande au G7 de faire le maximum pour mettre fin à la guerre avant l'hiver

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a expliqué ce lundi au G7 qu’il fallait tout faire pour que la guerre soit achevée le plus vite possible, avant la fin de l’année, selon une source diplomatique à BFMTV.

D'une part il serait plus difficile de se battre pendant un hiver très rude, et d'autre part, si le conflit dépasse l’hiver, la guerre se prolongerait encore longtemps selon lui. Il faut donc faire le maximum pour mettre fin à cette guerre avant la fin de cette année.

Il a égalment appelé les dirigeants des sept pays à "intensifier les sanctions" contre Moscou.

"Aucune raison" d'évoquer un défaut de paiement de la Russie, affirme le Kremlin

Le Kremlin a assuré lundi qu'il n'y avait "aucune raison" d'évoquer un défaut de paiement de la Russie, annoncé par certains médias, car des détenteurs d'obligations russes n'ont pas touché leurs intérêts avant la date limite de dimanche. "Il n'y a aucune raison de qualifier cette situation de défaut de paiement", a assuré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Ce paiement a été effectué en mai, en devises étrangères", a-t-il indiqué.

Sud-Coréen, il a violé la loi de son pays pour combattre en Ukraine

Ex-membre des forces spéciales sud-coréennes, Ken Rhee, 38 ans, a dû enfreindre la loi de son pays pour partir combattre en Ukraine mais, pour lui, cela aurait été un "crime" de ne pas mettre ses compétences au service d'un pays en guerre. Cet ex-officier des Navy SEALs, une force d'opérations spéciales de la marine sud-coréenne, s'est rendu à l'ambassade d'Ukraine à Séoul pour partir au front début mars, au moment où le président ukrainien Volodymyr Zelensky appelait des volontaires du monde entier à venir prêter main forte à ses combattants.

Séoul ayant interdit à ses ressortissants de se rendre en Ukraine, il a dû enfreindre la loi pour rejoindre les combats. Blessé alors qu'il dirigeait une patrouille, il a été rapatrié en Corée du Sud, où il a été cueilli par quinze policiers à son arrivée.

"J'ai les compétences. J'ai l'expérience. J'ai participé à deux guerres différentes et, en allant en Ukraine, je savais que je pouvais aider", fait-il valoir, disant ne rien regretter.

Il doit toutefois faire face aux conséquences légales de son départ. Il a bon espoir de ne pas finir en prison. Désormais, l'ex-soldat fait l'objet d'une interdiction de quitter son pays et il est soigné pour ses blessures. Mais il espère pouvoir un jour se battre à nouveau.

Le G7 va resserrer encore l'étau sur la Russie, selon un haut responsable de la Maison Blanche

Les pays du G7 réunis en sommet en Allemagne vont resserrer encore l'étau économique contre la Russie, en particulier en développant un "mécanisme pour plafonner au niveau mondial le prix du pétrole russe", a dit lundi un haut responsable de la Maison Blanche. Ils vont par ailleurs de concert "continuer à restreindre l'accès de la Russie à des ressources industrielles cruciales", en particulier dans le secteur de la défense, que Washington va d'ores et déjà "cibler de manière agressive" via des sanctions contre de grandes entreprises publiques russes, selon la même source.

Enfin, le G7 va "se coordonner pour utiliser les taxes douanières sur les produits russes afin d'aider l'Ukraine", a indiqué ce haut responsable, qui n'a pas voulu être identifié, rappelant que les grands pays industrialisés s'étaient entendus pour taxer plus lourdement les exportations de la Russie.

A Kiev, malgré des bombardements, les habitants tentent de vivre "normalement"

Dans la capitale ukrainienne, les habitants sont conscients du danger de la guerre en cours avec la Russie, et des risques de bombardements qui pèsent sur Kiev. "Ce n'est pas la dernière fois que nous serons visés, on sait que cela va recommencer", déclare ainsi un habitant à une journaliste de BFMTV, au lendemain d'un bombardement qui a fait au moins un mort et quatre blessés.

Mais en parallèle, l'ambiance est calme, les habitants sortent leur chien, vont faire des courses, se baladent dans la rue, rapportent nos envoyés sur place Malgré les risques ils tentent tous de reprendre une vie normale.

G20: Von Der Leyen favorable à une participation même en présence de Poutine

La présidente de la Commission Européenne est favorable à une participation des Occidentaux au prochain sommet du G20 en novembre en Indonésie, malgré la présence probable du président russe et de la guerre en Ukraine. "Je pense qu'il vaut mieux lui (Vladimir Poutine) dire en face, s'il vient, ce que nous pensons, et qu'il prenne position", a déclaré Ursula von der Leyen à la chaîne de télévision allemande ZDF dimanche soir.

"Le G20 est trop important pour les pays en développement, les pays émergents, pour que nous laissions Poutine le détruire", a ajouté Ursula von der Leyen. "Une chose est très claire, il n'y aura pas de business as usual, c'est-à-dire de normalité", dans la relation avec M. Poutine, a martelé la dirigeante européenne.

"La position de Boris Johnson est claire: il faut donner tous les moyens à l'Ukraine"

"La position de Boris Johnson est claire: c'est la guerre, il faut donner tous les moyens à l'Ukraine de pouvoir se retrouver en position à peu près d'égalité avec la Russie", explique sur BFMTV ce lundi le général Jérôme Pellistrandi, consultant Défense pour notre antenne.

Ce n'est pas le moment de négocier côté britannique car "de toute façon de l'autre côté il n'y a aucune volonté, aucune ouverture. Pour le moment on est dans le rapport de force le plus brutal qui soit, c'est la guerre, donc il faut pour le moment donner les moyens à l'Ukraine d'inverser le rapport de force".

Le conflit en Ukraine, un terreau fertile pour les drogues

La fabrication illicite de drogues pourrait tirer profit de la guerre en Ukraine pour prospérer, a averti l'ONU lundi, à la lumière de l'expérience des conflits dans d'autres zones. "Les informations du Moyen-Orient et de l'Asie du sud-est tendent à indiquer que les situations de conflit peuvent agir comme un aimant pour la fabrication de drogues synthétiques, qui peuvent de fait être produites n'importe où", souligne l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) dans son rapport annuel.

"Cet effet peut être encore plus important quand la zone de conflit se trouve près de vastes marchés de consommateurs", ajoute-t-il.

Avant l'invasion russe, l'Ukraine disposait d'un nombre croissant de laboratoires d'amphétamines, précise l'experte Angela Me, interrogée par l'AFP. Près de 80 avaient été démantelés en 2020, contre 17 en 2019.  Cette capacité de production "pourrait s'étendre si le conflit persistait". "La police n'est plus là pour stopper l'activité des laboratoires", explique-t-elle.

Opérations de secours en cours à Kiev après des bombardements

Kiev a été visée dimanche par de nouvelles frappes russes qui ont fait au moins un mort et quatre blessés, dans un quartier déjà touché ces dernières semaines. Ce lundi matin, des opérations de sauvetage d'urgence sont en cours dans le district de Shevchenkivskyi, où un immeuble a notamment été détruit, selon le ministère de l'Intérieur de l'Ukraine.

Quels sont les enjeux du G7 en pleine guerre en Ukraine

Les dirigeants du G7 ont annoncé dès le premier jour un nouvel embargo sur Moscou, sur l'or russe. C'est un premier signal envoyé pour ce rendez-vous international, alors que Volodymyr Zelensky est attendu dans la matinée en visioconférence.

L'un des enjeux de cette réunion est de convaincre l'Inde, le Sénégal et l'Afrique du Sud - pays qui s'étaient abstenus lors d'une réunion sur des sanctions contre la Russie - de les rejoindre

35.000 soldats ont été tués côté russe selon les autorités ukrainiennes

Les autorités ukrainiennes assurent dans leur point quotidien ce lundi que 35.000 soldats "ennemis" ont été tués depuis le début de l'invasion russe en Ukraine. Des milliers de véhicules militaires ont également été détruits selon leur décompte.

Volodymyr Zelensky attendu dans la matinée au G7

Volodymyr Zelensky doit s'exprimer par visioconférence en milieu de matinée lors de cette réunion des sept puissances industrielles entamée dimanche en Allemagne.

Au lendemain de nouveaux bombardements sur la capitale ukrainienne, le président devrait continuer d'accentuer la pression sur l'Occident, en demandant plus d'armes et de sanctions contre la Russie.

Bonjour à toutes et à tous!

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré au suivi de la guerre en Ukraine.

BFMTV