BFMTV

Coronavirus: comment nos voisins durcissent les règles face à la reprise de l'épidémie

Des passants masqués près d'une terrasse de restaurant désertée à Lérida (Espagne), le 4 juillet 2020

Des passants masqués près d'une terrasse de restaurant désertée à Lérida (Espagne), le 4 juillet 2020 - Pau BARRENA © 2019 AFP

La Belgique, l'Allemagne ou encore l'Espagne ont durci les restrictions pour tenter d'enrayer la propagation du Covid-19.

Olivier Véran l'a assuré ce mercredi matin sur LCI: la France "n'est pas dans une deuxième vague du coronavirus", mais "il ne faut pas lâcher" les efforts si on veut l'éviter. Le nombre de cas de contaminations au Covid-19 est à nouveau en augmentation. Et la France n'est pas le seul pays européen à être confronté à cette problématique.

Plusieurs pays limitrophes de la France ont décidé de prendre de nouvelles mesures pour tenter de freiner voire enrayer les contaminations, à l'instar de la France, qui a rendu obligatoire le port du masque dans tous les lieux publics clos ainsi que le fait de se soumettre à un test en arrivant en France depuis 16 pays situés hors de l'Union européenne, où la circulation du virus est "particulièrement forte".

· "Bulle de contact" réduite en Belgique

La Belgique a pris une nouvelle batterie de mesures pour contrer la pandémie de coronavirus. Dans la province d'Anvers, il a été décidé d'instaurer un couvre-feu. La gouverneure de la province flamande, Cathy Berx, a incité les habitants à "rester à la maison autant que possible", et les visiteurs à ne plus venir.

Dans le pays entier, à compter de ce mercredi, le nombre de personnes que les Belges sont autorisés à voir de manière rapprochée et régulière dans le cadre de leur "bulle de contact", est abaissé de 15 à 5 personnes par foyer, et ce pour les quatre semaines à venir.

Les rassemblements privés sont également touchés, restreints à 10 personnes. Les événements publics eux sont limités à 100 personnes au lieu de 200 lorsqu'ils se déroulent à l'intérieur, et 200 à l'extérieur. Le port du masque sera exigé.

Le télétravail devient "fortement recommandé" par les autorités, et pour faire leurs courses, les Belges disposeront de maximum 30 minutes, et devront faire leurs emplettes seuls.

· L'Espagne déconseillée par plusieurs voisins

Après la France et le Royaume-Uni, l'Allemagne déconseille désormais à ses ressortissants de se rendre dans le deuxième destination touristique mondiale derrière la France, en raison du "nombre élevé d'infections", alors que plus de 28.400 personnes sont mortes du Covid-19 dans le pays.

Le Royaume-Uni soumet depuis dimanche les passagers en provenance du pays de la péninsule ibérique à une quatorzaine.

Dans la plupart des régions espagnoles, le port du masque est obligatoire dans la rue et sur les terrasses espagnoles, notamment à Madrid. Dans la capitale, les rassemblements sont de surcroît limités à 10 personnes.

Il y a une dizaine de jours, la Catalogne avait invité à ses habitants de rester chez eux.

Dans la région de Madrid, deux pavillons de la foire commerciale, qui avaient servi en mars et avril d'hôpital de campagne, sont prêts à accueillir de nouveaux malades du Covid-19 en cas de besoin.

· Port du masque à l'extérieur en Allemagne si pas de distanciation possible

Si le pays avait relativement bien géré la crise sanitaire par rapport à plusieurs de ses voisins, avec 9122 morts officiellement recensés, de nouvelles contaminations ont engendré une "grande inquiétude", pour l'Institut allemand de veille sanitaire Robert Koch (RKI).

Les autorités sanitaires conseillent toujours de garder une distance de 1,50 mètre a minima, et de porter des masques si cette distance n'est pas possible à respecter, que ce soit en intérieur ou en extérieur. Auparavant, cette mesure n'était valable que lorsque l'on se trouvait à l'intérieur.

Lundi, le ministre de la Santé allemand a par ailleurs annoncé que des tests de dépistage allaient être imposés aux voyageurs rentrant de régions à risque.

À ce jour, les voyageurs revenant de l'un des 130 pays considérés à risque, dont les États-Unis, le Brésil, l'Israël et le Luxembourg, doivent observer une quarantaine de 14 jours, à moins qu'ils soient testés négatifs.

· Prolongation de l'état d'urgence sanitaire en Italie

Le Sénat italien a voté mardi la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 15 octobre, instauré initialement le 31 janvier dernier pour six mois.

Le pays a été l'un des plus touchés par le coronavirus, avec plus de 35.000 morts, et près de 250.000 cas de contamination depuis le début de la pandémie.

· Rassemblement privés restreints et sanctions renforcées au Luxembourg

Depuis samedi, de nouvelles règles sont en vigueur dans le Grand-duché. Selon Le Quotidien, la "bulle sociale" a été abaissée à dix personnes. Les rassemblements privés sont cantonnés au même nombre.

Dans le cadre du renforcement des restrictions, les sanctions en cas de non-respect des règles, comme le port du masque ou encore celles liées aux rassemblements, sont renforcées, précise le journal.

Clarisse Martin avec AFP