BFMTV

Brusque montée de tensions entre l'Ukraine et la Russie, 3 navires capturés par Moscou

Un soldat dans le port de Marioupol, sur la mer d'Azov, le 14 août 2018.

Un soldat dans le port de Marioupol, sur la mer d'Azov, le 14 août 2018. - Aleksey FILIPPOV / AFP

L'UE et l'Otan ont appelé dimanche soir à la "désescalade" en mer d'Azov et demandé à la Russie de "restaurer la liberté de passage" dans le détroit de Kertch, qui sépare la Crimée de la Russie.

Une brusque montée de tensions a eu lieu ce dimanche entre l'Ukraine et la Russie, la marine ukrainienne accusant Moscou d'avoir capturé trois de ses navires après leur avoir tiré dessus, blessant deux personnes à bord. Les faits ont eu lieu dans le détroit de Kertch, séparant la Crimée de la Russie et marquant l'accès à la mer d'Azov. La Russie a ensuite confirmé avoir capturé trois bateaux ukrainiens, et avoir fait usage de la force.

"Afin d'obliger les navires militaires ukrainiens de s'arrêter il a été fait usage d'armes", ont déclaré les services de sécurité russes (FSB), affirmant que "les trois navires de la marine ukrainienne ont été arraisonnés". "Trois membres du personnel ukrainien blessés ont reçu des soins médicaux. Leurs vies ne sont pas en danger", ont ajouté les services de sécurité.

Les tensions au sujet de la mer d'Azov connaissent une flambée sans précédent, Kiev ayant déjà accusé plus tôt dans la journée Moscou d'avoir percuté un de ses bateaux de guerre et d'avoir bloqué l'accès à cette petite mer. La mer d'Azov est située entre la Crimée, annexée en 2014 par Moscou, et l'est de l'Ukraine, théâtre d'un conflit opposant pouvoir de Kiev et séparatistes prorusses.

Le détroit de Kertch
Le détroit de Kertch © Capture Google Maps

Le président ukrainien dénonce un "acte agressif"

Le président ukrainien Petro Porochenko a "dénoncé un acte agressif de la Russie visant une escalade préméditée" dans cette zone et il a réuni dans la soirée un haut-comité militaire. Les services de sécurité russes (FSB), chargés de la surveillance du service des garde-frontières, affirment pour leur part que les navires ukrainiens étaient "entrés illégalement dans une zone temporairement fermée des eaux territoriales russes" et auraient mené des "actes de provocation" dans un "but clair: créer une situation de conflit dans la région".

La marine ukrainienne assure avoir averti la Russie à l'avance de l'itinéraire de ses navires et veut les voir poursuivre leur route "malgré les actions de la Russie".

"Les navires sont toujours devant le détroit de Kertch, le trafic est bloqué", a déclaré dimanche soir le porte-parole de la marine ukrainienne, Oleg Chalyk.

Un navire pétrolier placé sous le pont de Crimée, qui enjambe le détroit de Kertch, bloque l'accès au détroit, selon la marine ukrainienne. Ce détroit, qui est la seule voie maritime entre la Mer Noire et la mer d'Azov, est un axe stratégique de première importance, pour la Russie comme pour l'Ukraine. La Russie, toujours selon la marine ukrainienne, aurait envoyé deux hélicoptères militaires de surveillance patrouiller au-dessus de la région, tandis que l'agence russe RIA affirme que deux avions militaires survolaient également la zone.

"Violation" du droit international

"Nous considérons ces actes agressifs comme une violation des normes" du droit international, a réagi le ministère des Affaires étrangères ukrainien, indiquant qu'il prendrait "toutes les mesures appropriées pour apporter une réponse juridique diplomatique et internationale".

La Russie revendique le contrôle des eaux au large de la Crimée depuis l'annexion de la péninsule. Kiev et les Occidentaux accusent Moscou d'"entraver" délibérément la navigation des navires commerciaux via le détroit de Kertch.

Les difficultés sont apparues avec la construction par Moscou du pont très controversé de 19 kilomètres de long dans le détroit de Kertch. L'installation de ses arches en 2017 a d'ores et déjà "coupé la voie à une partie des navires, trop grands pour passer en-dessous", selon Oleksandre Oliïnyk, directeur du port de Marioupol.

La tension monte sur le plan militaire

Cette année, les garde-frontières russes ont commencé à retenir des bateaux, officiellement pour des contrôles. Ces retards infligent des pertes importantes aux armateurs et aux ports, qui perdent leurs clients. Mais au-delà de la volonté d'étouffer les ports ukrainiens, cruciaux pour les exportations métallurgiques, Kiev estime que Moscou pourrait aller jusqu'à préparer une offensive contre Marioupol, dernière grande ville sous contrôle de Kiev dans l'est du pays.

La tension monte en effet également sur le plan militaire. En mai, Moscou a transféré cinq de ses navires militaires de la Caspienne vers la mer d'Azov, tandis que Kiev a affirmé en juillet qu'une quarantaine de vedettes de combat russes s'y trouvaient déjà. Les eaux peu profondes de la mer d'Azov baignent le sud du Donbass, région ukrainienne où le conflit armé avec les séparatistes prorusses a fait plus de 10.000 morts en quatre ans.

Kiev et l'Occident accusent la Russie de soutenir militairement les séparatistes, ce que Moscou dément, malgré de nombreuses preuves du contraire. L'UE et l'Otan ont appelé dimanche soir à la "désescalade" en mer d'Azov et demandé à la Russie de "restaurer la liberté de passage" dans le détroit de Kertch.

C.V. avec AFP