BFMTV

La Corée du Nord retire deux missiles de leur site de lancement

Kim Jong-Un lors d'une cérémonie en l'honneur de son père et son grand-père, le 18 avril 2013.

Kim Jong-Un lors d'une cérémonie en l'honneur de son père et son grand-père, le 18 avril 2013. - -

La Corée du Nord a retiré deux missiles de leur site de lancement sur la côte Est du pays, ont affirmé des responsables américains. Si Pyongyang a de nouveau menacé Séoul de représailles mardi, les tensions semblent toutefois perdre de leur intensité.

Vers une baisse des tensions entre la Corée du Nord et les Etats-Unis? Pyongyang a retiré deux missiles Musudan de leur site de lancement sur la côte Est du pays, ont annoncé lundi des responsables américains.

Ce geste de la Corée du Nord indique qu'il n'y a plus de danger imminent de lancement de missile, et Pyongyang serait obligé de refaire de nombreuses préparations pour être de nouveau prêt à tirer ses missiles, selon ces responsables américains.

"Pause dans les provocations"

Parmi les nombreuses menaces brandies ces dernières semaines par la Corée du Nord, Pyongyang avait déployé deux missiles "Musudan" sur sa côte Est, conduisant les Etats-Unis et ses alliés, Japon et Corée du Sud, à prendre des mesures en cas de tir. Tokyo et Séoul avaient accru leur défense antimissiles, tandis que l'armée américaine avait déployé deux destroyers équipés d'armes antimissiles et de puissants radars pour contrer un possible lancement.

Toutefois, la Corée du Nord n'est pas passée à l'action et la tension a baissé dans la péninsule ces derniers jours. Selon le porte-parole du Pentagone George Little, la "pause dans les provocations" de Pyongyang est un développement positif.

Mardi, l'armée nord-coréenne a cependant menacé Séoul de représailles immédiates si "un seul obus" tombait dans ses eaux lors des manoeuvres militaires conjointes américano-sud-coréennes en cours.


A LIRE AUSSI:

>> Corée du Nord: les raisons de l'escalade

>> La Corée du Nord installe un 2e missile sur sa côte Est

>> Péninsule coréenne: vers l'apaisement?

A. K. avec AFP