BFMTV

Péninsule coréenne: vers l'apaisement?

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un, le 13 avril dernier.

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un, le 13 avril dernier. - -

La Corée du Sud et les États-Unis ont conclu mardi leurs manœuvres conjointes, faisant espérer un apaisement des tensions sur la péninsule coréenne liées aux ambitions nucléaires et militaires de la Corée du Nord.

Cela pourrait sonner la fin de l'escalade belliqueuse dans la péninsule coréenne. La Corée du Sud et les Etats-Unis ont conclu mardi leurs manœuvres conjointes, faisant espérer un apaisement des tensions sur la péninsule coréenne liées aux ambitions nucléaires et militaires de la Corée du Nord.

Les manœuvres interarmes "Foal Eagle" ont mobilisé pendant deux mois l'armée sud-coréenne et environ un tiers des 28.500 soldats américains présents en Corée du Sud.

"Manœuvres beaucoup plus agressives cette année"

"Les manœuvres sont terminées mais les armées sud-coréenne et américaine resteront vigilantes quant à toute provocation potentielle de la Corée du Nord, y compris un tir de missile", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense sud-coréen, Kim Min-Seok.

Comme tous les ans, Pyongyang a condamné ces exercices qu'il assimile à l'invasion de son territoire par le Sud avec l'appui des Etats-Unis qui ont fait une grande publicité au vol dans le ciel sud-coréen de ses bombardiers et chasseurs à capacité nucléaire.

Selon un ancien ministre de l'Unification sud-coréen, Lee Jae-Joung, "les manœuvres ont été beaucoup plus agressives cette année" ce qui a "rendu la Corée du Nord plus agressive à son tour".

La péninsule coréenne connaît un vif regain de tension depuis le tir réussi en décembre d'une fusée considérée par Séoul et ses alliés comme un missile balistique, suivi d'un troisième essai nucléaire en février puis de nouvelles sanctions votées vendredi par le Conseil de sécurité de l'ONU.

"Grands exercices à tir réel"

Une source gouvernementale sud-coréenne a indiqué dimanche que le régime nord-coréen semblait préparer de grands exercices à tir réel mobilisant l'artillerie et l'armée de l'Air autour du port de Nanmpo (ouest).

"Avec la fin des manœuvres, on a moins à craindre une confrontation accidentelle", a cependant estimé Paik Hak-Soon, spécialiste de la Corée du Nord au centre d'études Sejong Institute de Séoul.

La prochaine grande échéance est la rencontre prévue le 7 mai à Washington entre le président Barack Obama et son homologue sud-coréenne Park Geun-Hye (investie en février) qui pourrait irriter Pyongyang.

La Corée du Sud espère maintenant pouvoir ramener Pyongyang à de meilleures intentions et le convaincre de négocier la réouverture du complexe industriel intercoréen de Kaesong menacé de fermeture définitive après le retrait des 53.000 employés nord-coréens et le départ de la quasi-totalité des Sud-Coréens.


À LIRE AUSSI:

>> La Corée du Nord propose le dialogue... sous plusieurs conditions

>> Corée du Nord: le Sud s'inquiète des exercices militaires à tir réel

>> Corée du Nord: les raisons de l'escalade

M.R. avec AFP