BFMTV

La Corée du Nord procède à son 3e essai nucléaire

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un - -

La Corée du Nord a procédé mardi à son troisième essai nucléaire, malgré le "ferme avertissement" de son allié chinois.

Ce n'était pas un tremblement terre, mais bel et bien un test nucléaire. La Corée du Nord a confirmé avoir procédé mardi à un troisième essai nucléaire, "avec succès", une confirmation également apportée par le ministère de la Défense de son voisin et ennemi, la Corée du Sud.

"Un troisième essai nucléaire a été mené avec succès", a annoncé l'agence officielle KCNA, précisant que cette opération avait pour but de "protéger la sécurité nationale et (la) souveraineté" du pays "contre l'hostilité continue des Etats-Unis".

La Corée du Nord a donc procédé à un essai nucléaire malgré un "ferme avertissement" de son allié chinois, selon un diplomate à l'ONU. Un autre diplomate d'un pays membre du Conseil de sécurité a indiqué que le Conseil se réunira en urgence mardi matin pour examiner la manière de réagir à cet essai, qui contrevient aux résolutions de l'ONU.

"Défi pour les Chinois"

"Les Chinois ont lancé aux Nord-Coréens un ferme avertissement leur demandant de ne pas procéder à cet essai quans il est devenu évident qu'il était imminent", a expliqué le premier diplomate sous couvert de l'anonymat.

"Ce que les Nord-Coréens ont fait représente un vrai défi pour les Chinois", a-t-il souligné. Pékin, Moscou et Washington se sont concertés depuis quelques jours et "ils vont rapidement s'entendre sur le fait qu'une action ferme s'impose".

Le Conseil de sécurité est présidé en février par la Corée du Sud. L'ambassadeur sud-coréen à l'ONU avait averti il y a quelques jours que le Conseil prendrait des mesures "très fortes" en réponse à un troisième essai nucléaire de Pyongyang (après ceux de 2006 et 2009).

Gel d'avoirs et interdiction de voyager

Le Conseil avait décidé en janvier d'élargir les sanctions envers le régime nord-coréen à la suite du tir d'une fusée nord-coréenne en décembre.

Plusieurs résolutions de l'ONU interdisent à la Corée du Nord toute activité nucléaire ou balistique. Ses tirs de fusée et ses essais nucléaires ont valu à Pyongyang toute une série de sanctions depuis 2006, dont le gel d'avoirs appartenant à des entreprises nord-coréennes ou des interdictions de voyager pour des responsables du régime.