BFMTV

Washington envoie un porte-avions et des bombardiers au Moyen-Orient, un "message" à l'Iran

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche - BFMTV

Les Etats-Unis envoie un porte-avions et des bombardiers au Moyen-Orient, un "message" adressé directement à Téhéran.

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, a déclaré, ce dimanche, que les Etats-Unis allaient envoyer un porte-avions et une force de bombardiers au Moyen-Orient. Un message "clair et indubitable" à destination de l'Iran a précisé le conseiller.

"En réponse à des indications inquiétantes d'escalade et de mises en garde, les Etats-Unis déploient le porte-avions et groupe aéronaval USS Abraham Lincoln et une force de bombardiers auprès du Commandement central américain de la région", a écrit John Bolton dans un communiqué.

Le déploiement a pour but d'envoyer "un message clair et indubitable au régime iranien" à savoir que "toute attaque contre les intérêts des Etats-Unis ou contre ceux de nos alliés rencontrera une force implacable", a-t-il poursuivi.

"Les Etats-Unis ne cherchent pas la guerre avec le régime iranien, mais nous sommes totalement préparés à répondre à toute attaque, qu'elle soit menée par procuration, par le corps des Gardiens de la Révolution islamique ou par les forces régulières iraniennes", a ajouté le conseiller du président Donald Trump.

Le communiqué ne précise pas pourquoi ce déploiement se déroule maintenant, ni la nature de l'escalade imputée à Téhéran. Cependant, il intervient sur fond d'escalade meurtrière depuis samedi entre groupes armés palestiniens -qui tirent des roquettes depuis la bande de Gaza en territoire israélien- et l'Etat hébreu qui mène des raids aériens en représailles.

Des relations de plus en plus tendues

Les relations entre Washington et Téhéran sont au plus bas. Il y a un an, l'administration Trump s'est retiré de l'accord sur le nucléaire iranien au motif qu'elle le jugeait trop laxiste et qu'il ne s'attaquait pas aux autres comportements "déstabilisateurs" de l'Iran au Moyen-Orient. 

Mais les autres signataires, à commencer par les alliés européens de Washington, restent pour l'instant attachés à ce texte et Téhéran continue de le respecter, selon les inspecteurs internationaux.

Avec AFP