BFMTV

Trump annonce que "les Etats-Unis vont se retirer de l'accord nucléaire iranien"

Donald Trump a choisi la rupture. Il a annoncé ce mardi soir qu'il retirait les Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien.

L'information avait déjà circulé. Lors de son allocution, ce mardi peu après 20h (heure française), au ton très offensif, le président des Etats-Unis Donald Trump a dénoncé l'accord nucléaire conclu avec l'Iran et a annoncé que son pays s'en retirait. "Il est clair pour moi que nous ne pouvons empêcher la création d’une arme iranienne dans le cadre de cet accord. Cet accord est défectueux. J’annonce que les Etats-Unis vont se retirer de l’accord nucléaire", a-t-il dit. 

Il a poursuivi, évoquant le retour des sanctions économiques contre l'Iran, jusqu'ici suspendues par l'accord désormais obsolète: "Dans quelques instants je vais signer un mémorandum pour rétablir les sanctions sur le régime. Nous allons mettre en place le niveau le plus élevé de sanctions économiques." Il a encore bombé le torse: "Les Etats-Unis ne sauraient être pris en otage par un programme nucléaire. Les Etats-Unis ne font plus de promesse en l’air."

Trump "prêt à négocier un nouvel accord" 

Il s'est dit ouvert, en revanche, à l'éventualité d'un nouvel accord avec l'Iran sur ce délicat chapitre: "Les leaders iraniens diront qu’ils refusent. Mais ils vont vouloir faire un nouvel accord durable. Je me tiens prêt à le négocier."

Auparavant, il avait présenté le régime iranien comme "le principal soutien du terrorisme". "Ils ont attaqué, avec leurs alliés, des installations américaines, enlevé et torturé des citoyens américains. Ils ont poursuivi ce règne de terreur en spoliant leur propre peuple". Concernant l'accord auquel il s'agissait pour lui de mettre un terme ce mardi soir, il a répété qu'il le considérait comme "catastrophique". "En fait, il a permis à l’Iran de continuer son programme d’enrichissement d'uranium", a-t-il assuré. "C’était un accord totalement déséquilibré qui n’apportera jamais la paix". 

Il a également lancé qu'il y avait un "énorme mensonge au cœur de l’accord, qu’un régime meurtrier ne souhaitait qu’un programme nucléaire pacifique". Cette position est similaire à celle du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qui a, quelques minutes après cette prise de parole, salué la décision américaine. 

Barack Obama, durant le mandat duquel le fameux accord avait été conclu avec l'Iran, a estimé en revanche que celui-ci "fonctionnait" et s'est opposé à l'initiative de son successeur: "Je pense que la décision de mettre l'accord en danger sans aucune violation de l'accord de la part des Iraniens est une grave erreur", a-t-il dit dans un communiqué relayé par l'AFP. 

Robin Verner