BFM Business

Les États-Unis accentuent leur pression sur l'Iran

Mike Pompeo a indiqué que 8 pays seraient autorisés à importer du pétrole iranien.

Mike Pompeo a indiqué que 8 pays seraient autorisés à importer du pétrole iranien. - ANDREW CABALLERO-REYNOLDS - AFP

Washington a confirmé que toutes les sanctions qui avaient été levées lors de l'accord de 2015 allaient être rétablies.

Les États-Unis ont formellement confirmé ce vendredi qu'ils rétabliraient dès lundi toutes les sanctions levées dans le cadre de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, dont Donald Trump s'est retiré.

Huit pays bénéficient toutefois de dérogations et seront autorisés temporairement à continuer d'importer du pétrole iranien, a déclaré le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, sans désigner nommément ces États.

La "liste noire" s'allonge

En tout, 700 personnes ou entités vont être ajoutées à la liste noire américaine, a précisé pour sa part le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. Il a aussi dit que les États-Unis souhaitaient couper les institutions financières iraniennes frappées par des sanctions du circuit bancaire international Swift, hormis pour les "transactions humanitaires".

Donald Trump, quant à lui, a posté un message sans équivoque:

les européens protestent

La France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Union européenne (UE) ont dit regretter "vivement" la réimposition de sanctions contre l'Iran par les États-Unis, selon un communiqué conjoint publié vendredi.

"Nous avons pour objectif de protéger les acteurs économiques européens qui sont engagés dans des échanges commerciaux légitimes avec l'Iran", ajoute le communiqué, notamment signé par la cheffe de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini et les ministres français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, allemand Heiko Mass et britannique Jeremy Hunt.

Y.D. avec AFP