BFMTV

Primaires républicaines: Donald Trump seul en piste après le retrait de John Kasich

Donald Trump

Donald Trump - Alex Wong - Getty images North America - AFP

En l'absence d'adversaires, rien ne semble empêcher le milliardaire de remporter les 1.237 délégués requis pour empocher automatiquement l'investiture à la convention de Cleveland, en juillet.

Le dernier rival de Donald Trump aux primaires républicaines, John Kasich, a annoncé son retrait de la course à l'investiture au lendemain de l'abandon de Ted Cruz suite à la victoire du milliardaire en Indiana. Le gouverneur de l'Ohio dans une déclaration à Columbus, la capitale de son Etat, a annoncé comme le veut la formule consacrée "la suspension de sa campagne".

"Alors que je suspends ma campagne aujourd'hui, j'ai la conviction, une foi plus profonde, que le Seigneur me guidera sur le bon chemin", a-t-il déclaré. Ce cacique du parti républicain, gouverneur modéré apprécié dans son Etat, n'a pas mentionné Donald Trump dans son discours et ne s'est pas rallié à lui.

En l'absence d'adversaires - ils étaient 17 au départ des primaires - rien ne semble empêcher le milliardaire de remporter les 1.237 délégués requis pour empocher automatiquement l'investiture à la convention de Cleveland, en juillet.

Trump attaque Clinton

John Kasich était censé passer la journée autour de Washington pour lever des fonds, mais a annulé au dernier moment un point presse prévu à l'aéroport de la capitale américaine. 

Le milliardaire populiste Donald Trump a attaqué mercredi Hillary Clinton, sa probable adversaire de l'élection présidentielle américaine de novembre, tout en promettant d'unifier un parti déchiré par son extraordinaire O.P.A.

Le candidat Trump prétend vouloir tourner la page des primaires et faire la paix avec un parti qui a pourtant tout fait pour le bloquer. "Nous allons unifier le parti, nous allons rassembler les gens", a-t-il assuré sur Fox News. Mais, conscient de l'opposition irréductible de certains conservateurs, il ajoute: "Je ne veux pas forcément tout le monde, pour être honnête".

Donald Trump a cependant commencé à chercher un colistier pour être candidat au poste de vice-président, un choix qu'il devrait selon la tradition officialiser avant la convention.

V.R. avec AFP