BFMTV

Près d'un Américain sur deux pense que la presse invente des "fake news" sur Trump

Donald Trump, le 17 octobre 2017.

Donald Trump, le 17 octobre 2017. - Mandel Ngan - AFP

Un sondage publié mercredi aux Etats-Unis démontre que près d'un Américain sur deux pense que les médias fabriquent les informations publiées sur Donald Trump.

Les "fake news" ont fait leur chemin, outre-Atlantique. A tel point que près de la moitié des Américains estiment aujourd'hui que les informations contenues dans les articles sur Donald Trump sont inventées. En effet, selon un sondage de l'institut américain Morning Consult publié mercredi par le site Politico, et mené auprès de 1991 personnes à la mi-octobre, 46% des sondés pensent que les médias d'information fabriquent de fausses histoires sur Donald Trump, soit près d'un Américain sur deux. Seuls 37% des sondés pensent que la presse ne fabrique pas les informations, tandis que 17% ne se prononcent pas.

Des chiffres impressionnants 

C'est sans surprise du côté des électeurs républicains que la conviction d'avoir affaire à de fausses informations dans les médias est la plus forte. 76% d'entre eux sont persuadés que les histoires lues dans la presse sur le président des Etats-Unis sont inventées, tandis que seuls 11% pensent le contraire. Du côté des électeurs démocrates, une majorité de 65% pense que les médias ne mentent pas sur les révélations sur Donald Trump, tandis que 20% estiment que les médias sortent des "fake news" à ce sujet.

Enfin, chez les partisans les plus fidèles de Donald Trump, le chiffre est tout sauf étonnant: 85% d'entre eux sont persuadés que la presse fabrique tout ce qu'elle dit sur le président américain et son administration.

Un président anti-médias

Depuis le début de sa campagne électorale pour la présidentielle, et encore plus depuis son arrivée à la Maison Blanche, le président américain a fait de ses saillies contre les médias et leurs supposées "fake news" sa spécialité.

Le républicain ne passe pas un jour sans poster un tweet dans lequel il accuse des titres de la presse nationale, ou des chaînes d'information, de publier de "fausses informations" le concernant. Le New York Times, le Time, le Washington Post et CNN en font très régulièrement les frais.

"Je pensais qu'une fois que j'aurais remporté l'élection, les médias deviendraient beaucoup plus stable et honnêtes. Mais ils sont devenus fous. CNN est une plaisanterie. NBC est une vaste plaisanterie. Vous avez bien vu ce qu'ils affirment, cela n'a aucun lien avec ce que je fais. Mais les médias sont profondément malhonnêtes, et franchement, je n'ai jamais rien vu de tel", a estimé Donald Trump au micro de l'émission de radio The Chris Plante Show, mardi. 

Punir les médias?

La semaine dernière, Donald Trump avait suggéré, sur Twitter, de remettre en cause l'autorisation d'émettre de la chaîne NBC, après la diffusion d'informations le concernant qu'il avait jugé fausses.

Une pratique que les Américains interrogés dans le cadre de ce sondage n'approuvent pas: seuls 28% d'entre eux pensent que le gouvernement devrait avoir le pouvoir de lever les licences des médias accusés de "fake news" sur Donald Trump, tandis que 51% estiment que le gouvernement ne devrait pas être en mesure de les punir.

Adrienne Sigel