BFMTV

Fusillade au Texas: l'une des victimes avait refusé les avances du tireur

-

- - -

Shana Fisher, 16 ans, repoussait depuis plusieurs mois les avances de Dimitrios Pagourtzis, l'auteur de la fusillade du 18 mai, dans un lycée de Santa Fe, au Texas. La jeune femme est tombée sous ses balles.

Pendant de longs mois, elle avait repoussé les avances de celui qui allait devenir son meurtrier. Shana Fisher, 16 ans, fait partie des dix victimes de la tuerie perpétrée vendredi dans un lycée de Santa Fe, au Texas, par l'un des élèves de l'établissement, Dimitrios Pagourtzis, âgé de 17 ans. 

"L'une des cartouches était destinée à ma fille"

Ce 18 mai, le garçon a pris les armes de son père, abattant la jeune Shana, sept autres lycéens et deux adultes dans leur lycée. Depuis plusieurs mois, la jeune fille refusait régulièrement les avances de Dimitrios Pagourtzis. 

"L'une des cartouches était destinée à ma fille", a affirmé à CNN la mère de Shana Fisher, Sadie Baze.
"Ma fille avait raconté à ma mère ces quatre derniers mois et à mon frère qu'il (le tireur) lui faisait des avances et qu'elle lui avait finalement tenu tête parce que sa petite soeur était harcelée à l'école. Elle voulait lui montrer 'regarde', c'est ce qu'il faut faire, il faut lui tenir tête et lui dire 'non, ce n'est pas bien' et... voilà le résultat", a raconté Sadie Baze en s'effondrant en larmes à l'écran.

"Elle devrait avoir sa première voiture, pas des funérailles"

Lorsque les familles étaient encore dans l'attente de nouvelles de leurs enfants, Candi Thurman avait écrit sur Twitter: "Ma nièce Shana Fisher n'a pas encore été retrouvée. Elle était dans la salle d'arts plastiques et certains de ses camarades ont dit qu'on lui avait tiré dans la jambe".

Elle a plus tard annoncé le décès de l'adolescente, écrivant: "Shana a eu 16 ans le 9 mai. Elle devrait avoir sa première voiture, pas des funérailles".

Une chanson fredonnée 

Huit adolescents âgés de 15 à 17 ans et deux professeurs de 63 et 64 ans font partie des victimes, tandis que dix autres personnes ont été blessées dans cette fusillade, qui est intervenue trois mois après celle du lycée de Parkland, en Floride, qui avait fait 17 morts. Plusieurs médias ont rapporté que le tireur de 17 ans avait fredonné une chanson tout au long de la fusillade. 

Un camarade de classe de l'un des survivants de la tuerie a ainsi expliqué au New York Post que le tireur avait entonné Another One Bites the Dust (en français "Encore un qui mord la poussière"), la célèbre chanson de Queen, à chaque fois qu'il avait tiré sur un élève. 

Alors que des éléments trouvés sur son ordinateur et son téléphone ont permis d'établir qu'il prévoyait de se suicider après l'attaque, Dimitrios Pagourtzis s'était finalement rendu à la police à l'issue de son cheminement sanglant dans l'établissement scolaire.

Motivations inconnues

Le jeune tireur est apparu vendredi soir menotté, tête baissé, répondant simplement "Oui Monsieur", "Non Monsieur" aux questions d'un juge sur des points de procédure. Il a été inculpé pour meurtres, un crime passible de la peine de mort. 

Si certains de ses camarades ont évoqué un adolescent calme mais assez solitaire, les raisons qui l'ont poussé à commettre ce massacre restaient, pour l'heure, inconnues. Un lycéen a indiqué à une chaîne de télévision locale que l'adolescent, joueur de football américain, était victime de harcèlement. "Les entraîneurs le harcelaient et l'insultaient", a-t-il assuré. 

En outre, selon les autorités, il avait récemment publié une photo sur sa page Facebook d'un t-shirt noir barré des mots "Né pour tuer", et plusieurs de ses publications sur les réseaux sociaux démontraient une certaine passion pour la violence et les armes à feu. 

Adrienne Sigel avec AFP