BFMTV

Obama ironise sur la "Romnésie" de son adversaire

Mitt Romney et Barack Obama doivent encore convincre les indécis avant le 6 novembre.

Mitt Romney et Barack Obama doivent encore convincre les indécis avant le 6 novembre. - -

Après un dernier débat, Barack Obama et Mitt Romney ont entamé mardi le sprint final. D'ici au 6 novembre, les deux candidats vont quadriller les Etats qui pourraient faire la différence lors du scrutin. Une course effrénée, alors que les sondages sont de plus en plus serrés.

Barack Obama en Floride et dans l'Ohio, Mitt Romney dans le Nevada puis dans le Colorado. Après le dernier débat consacré à la politique étrangère, les deux candidats à la présidentielle américaine enchaînent les meetings, avec un objectif commun : convaincre les indécis.

>> A lire aussi : Obama-Romney : ce qu'il ne fallait pas rater du 3ème débat

La thématique de la politique étrangère continue d'ailleurs d'être exploitée par le président sortant dans ses discours, sous forme d'argument et d'attaque contre l'adversaire : "Le monde d’aujourd’hui présente des défis et des menaces nouvelles. L’Amérique devrait être à la pointe, elle devrait rester forte et stable. Le gouverneur Romney se trompe sur les questions de politique étrangère. Son projet n’est pas adéquat, il est dangereux", a ainsi affirmé Barack Obama à la tribune mardi soir.

Le président sortant a, au passage, ironisé sur la "Romnésie" qui frappe son adversaire, celui-ci ayant adopté ces derniers temps un discours plus modéré, pour conquérir l'électorat centriste. 

"Si vous souffrez de Romnésie, si vous ne vous souvenez plus des positions qui étaient les vôtres non pas il y a quatre ans mais il y a quatre jours (...) il y a une guérison. Mais il faut voter pour faire en sorte que le médicament soit là contre la Romnésie", a lancé le président démocrate à Dayton, dans l'Ohio.

La question des impôts

Son projet justement, Mitt Romney l'angle plus volontiers sur les questions intérieures. Ainsi, la question des impôts revient systématiquement dans ses récents discours. Ce fut le cas mardi lors du meeting républicain : "Nous proposons un chemin différent, nous n’augmenterons pas les impôts – ni pour les classes moyennes ni pour les entrepreneurs. Nous ferons en sorte de faciliter les affaires", a martelé Mitt Romney devant les militants.

Enfin, les deux candidats doivent encore quadriller les Etats qui pourraient faire la différence le 6 novembre. Pour l'instant, Obama et Romney sont au coude-à-coude dans la plupart des sondages nationaux, même si le président sortant conserve une avance dans plusieurs Etats clés.

dossier :

Barack Obama

François Gapihan