BFMTV

Mali: "La France est engagée dans un processus très long"

Les troupes françaises ont encore de nombreuses missions à accomplir au Mali.

Les troupes françaises ont encore de nombreuses missions à accomplir au Mali. - -

Les soldats français commenceront à quitter le Mali dès le mois d'avril, mais pour les experts, ce n'est qu'un début, tant le travail à accomplir sur place reste grand.

Près de deux mois après le début de son intervention au Mali, l'armée française concentre aujourd'hui ses forces dans le Massif des Ifoghas, une zone montagneuse très difficile d'accès où se terreraient des combattants islamistes.

Mercredi, le président François Hollande a annoncé que le retrait des troupes serait amorcé dès le mois d'avril. Une transition avec l'armée malienne est-elle déjà envisageable? La fin du conflit est-elle proche? BFMTV.com fait le point.

> Quand les premiers soldats quitteront-ils le Mali?

Le dispositif militaire en place au Mali devrait évoluer à partir du mois d'avril. De 4.000 hommes au Mali, le gouvernement français espère passer à quelques centaines d'ici la fin de l'année.

Une évolution qui passera par un redéploiement des forces, comme l'explique à BFMTV Hugo Sada, spécialiste des questions africaines à l'Institut des relations internationales et stratégiques. "Aujourd'hui, l'appui aérien est très coûteux, mais indispensable. Il est possible qu'à partir du mois d'avril, certaines de ces unités soient retirées au profit de soldats "formateurs" par exemple, pour assurer la transition avec l'armée malienne".

> Est-ce bientôt la fin de la présence française au Mali?

"Je n'y crois pas", tranche encore Hugo Sada. Pour cet expert, "on est incontestablement engagé dans un processus long de plusieurs années, et la date d'avril n'est qu'un début."

Autre élément à prendre en compte, d'après ce spécialiste: "tant que les otages français ne seront pas libérés, des troupes françaises resteront mobilisées sur place." La transition vers un processus post-guerre, plus politique que militaire, est néanmoins en marche.

> Que reste-t-il à faire sur le terrain?

Les soldats français doivent d'abord réussir à maîtriser le terrain du massif des Ifoghas, où se déroulent des combats actuellement. Une fois ces zones sécurisées et contrôlées, "ce sera un élément de déclenchement pour une diminution des troupes", estime Hugo Sada.

L'armée française basculera ensuite dans une phase de stabilisation politique, et de formation des militaires maliens.

> L'armée malienne est-elle prête à prendre la relève?

Récemment minée par des conflits fratricides opposant les "bérets rouges" et les "bérets verts", deux corps militaires politiquement opposés, l'armée malienne a prouvé une fois de plus qu'elle n'était pas encore prête à assumer seule la sécurité du pays.

"Cela va prendre du temps, considère Hugo Sada. Il faut que l'armée malienne se reconstitue, et cela ne pourra se faire que dans un environnement politique apaisé."

Qui, dès lors, assurera cette transition délicate? "La France, mais aussi l'Union européenne, l'Union africaine, et les pays voisins comme le Tchad", estime Hugo Sada. Reste à savoir quand est-ce que cette force de transition se mettra réellement en place.

A LIRE AUSSI:

>> Mali: des enfants soldats découverts parmi les jihadistes

>> Mali: "le Tchad entend jouer un rôle-clé dans la région"

Alexandra Gonzalez