BFMTV

Mali: l'heure du retrait français a-t-elle sonné?

Un soldat français au Mali. Le retrait des troupes françaises au Mali pourrait commencer dès avril.

Un soldat français au Mali. Le retrait des troupes françaises au Mali pourrait commencer dès avril. - -

François Hollande a annoncé le départ des troupes françaises du Mali début avril. Mais les soldats français sont-ils prêts à partir si vite? Pourront-ils être remplacés si rapidement par l'armée malienne? Les experts sont partagés.

Les soldats français sont-ils dans la phase ultime de leur intervention au Mali? D'après François Hollande, ils commenceront à quitter le pays dès le mois d'avril.

Un départ rapide, nécessaire pour éviter un enlisement comme en Afghanistan, disent certains experts. Parmi eux, Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l'Iris. "'Si cette décision a été prise, c’est que l’on sait qu’on a déjà éradiqué la plupart des bases terroristes qui étaient au nord du Mali, explique-t-il. Il ne faut surtout pas donner l’impression que la France est une force d’occupation. Et plus le temps passe, plus ce sentiment peut être donné".

Le retrait total inenvisageable pour l'instant

Mais pour quitter le Mali, l'armée malienne doit être capable de prendre le relais des soldats français. Or pour cela, il lui manque des centaines de militaires. Et leur formation pourrait prendre des mois.

"Former une armée ce n’est pas seulement occuper des soldats: c’est aussi avoir des officiers, des cadres, un système de commandement, explique Jean-Dominique Merchet, spécialiste Défense à l'hebdomadaire Marianne. Et le Mali n’a pas d’armée extrêmement puissante ni organisée. Il y a donc beaucoup de choses à construire et c’est ça qui peut être compliqué."

Un retrait total reste en tout cas inenvisageable dans les prochains mois. De 4.000 hommes au Mali, le gouvernement français espère passer à quelques centaines d'ici la fin de l'année.

A LIRE AUSSI:
>> Une diminution du nombre de soldats "à partir du mois d'avril"

>> François Hollande annonce la mort d'un 4e soldat français
>> Une vingtaine d'islamistes "neutralisés" dans le nord-est >> "Nous engageons la partie la plus délicate de l'intervention", estime Hollande

A.K. et sujet vidéo Kelly Laffin