BFMTV

L'otage Philippe Verdon a bien été assassiné par Aqmi

Le corps de Philippe Verdon, enlevé en 2011 au Mali, a été autopsié.

Le corps de Philippe Verdon, enlevé en 2011 au Mali, a été autopsié. - -

Le 19 mars, Aqmi avait annoncé que Philippe Verdon avait été exécuté, mais Paris n'avait jamais confirmé.

L'autopsie aura permis de lever une forte interrogation sur le sort Philippe Verdon, enlevé en novembre 2011 par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et dont le corps a été retrouvé au début du mois dans le nord du Mali. Jusque-là, plusieurs voix se faisaient entendre pour affirmer que l'otage, d'une santé fragile, était mort des suites d'une maladie contractée avant son enlèvement.

On sait désormais que Philippe Verdon a bien été assassiné d'une balle dans la tête. C'est ce qu'a annoncé jeudi le parquet de Paris après autopsie du corps rapatrié mercredi. "L'autopsie pratiquée (le 17 juillet 2013) a été complétée (jeudi) par un examen anthropologique toujours en cours qui permet dès à présent d'établir que Philippe Verdon est mort assassiné d'une balle dans la tête", a précisé le parquet.

Enquête préIiminaire élargie

La section antiterroriste du parquet de Paris a donc décidé d'élargir l'enquête confiée à la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) aux chefs d'enlèvement et séquestration suivie de mort, en bande organisée, en lien avec une entreprise terroriste et assassinat en lien avec une entreprise terroriste.

Après l'annonce par Aqmi le 19 mars de l'exécution de l'otage, le ministère des Affaires étrangères n'avait rien confirmé. Mais le 28 mars François Hollande avait déclaré que "des éléments conduisent à penser" que Philippe Verdon "pourrait être mort".

Agé de 53 ans, le Français souffrait en partant pour le Mali d'un ulcère et de tachycardie. "Pour nous, il est possible que Philippe soit mort à cause de ses pathologies et qu'Aqmi s'en serve pour une mise en scène", avait déclaré en mars Pascal Lupart, à la tête d'un comité de soutien de Philippe Verdon.

C.P.