BFMTV

Mali: Aqmi annonce l'exécution d'un otage français

Des combattants d'Aqmi

Des combattants d'Aqmi - -

La famille de Philippe Verdon, enlevé en 2011 dans le nord du Mali, a été informée dans la nuit de mardi à mercredi du communiqué d'Aqmi annonçant la mort d'un otage. L'Elysée ne confirme pas l'information.

Un Français enlevé en 2011 dans le nord du Mali a été exécuté "en réponse" à la guerre menée par la France au Mali, a affirmé un homme présenté comme un porte-parole d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) à l'Agence Nouakchott Information (ANI).

Cette agence privée mauritanienne a cité mardi soir un dénommé "Al-Qairawani", présenté comme un porte-parole d'Aqmi, qui a affirmé que l'otage, qualifié d'"espion", a été exécuté "le 10 mars en réponse à l'intervention de la France dans le nord du Mali".

La famille de Philippe Verdon prévenue

Cet otage pourrait être Philippe Verdon, enlevé en novembre 2011. Selon nos informations, sa famille a été prévenue par le Quai d'Orsay à 2 heures du matin du communiqué d'Aqmi. "Sa famille est effondrée", a ajouté, sur notre antenne, Pascal Lupart, président du comité de soutien de Philippe Verdon.

Dans la nuit du 24 novembre 2011, Philippe Verdon et Serge Lazarevic avaient été enlevés dans leur hôtel à Hombori. Ils étaient en voyage d'affaires pour un projet de cimenterie, selon leurs proches.

Aqmi avait rapidement revendiqué l'enlèvement et publié leurs photos. Le 10 août 2012, Philippe Verdon parlait de ses "conditions de vie difficiles" dans une vidéo diffusée par le site mauritanien Sahara Medias.

Paris ne confirme pas

Toutefois, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot, n'a pas confirmé cette information: "nous vérifions, nous n'en savons pas plus pour le moment".

L'Elysée ne confirme pas non plus la mort de l'otage.

La France engagée depuis plus de deux mois au Mali

L'armée française est engagée depuis le 11 janvier dans une opération militaire, en appui à l'armée malienne, contre les groupes islamistes armés, dont Aqmi, qui occupaient le Nord malien depuis l'an dernier. Les troupes franco-africaines ont rapidement repris les grandes villes de la zone et les combats se concentrent désormais dans l'extrême Nord-Est, dans le massif des Ifoghas, entre soldats français et tchadiens d'un côté, jihadistes de l'autre.

Cette guerre a reposé avec une nouvelle acuité la question du sort des otages français au Sahel, et les familles ont de plus en plus exprimé leur inquiétude ces dernières semaines.

A LIRE AUSSI:

>> Où sont les otages français dans le monde?

>> Mali: "la famille de Philippe Verdon a été informée du communiqué d'Aqmi"

>> Notre dossier spécial sur l'intervention au Mali

>> Otages: la France ne paiera plus

Sujet vidéo: Mariam Pirzadeh

H.F. avec AFP