BFMTV

En Egypte, un climat de haine s'installe entre les habitants

-

- - -

La prise de la mosquée al-Fath samedi au Caire cristallise le sentiment anti-Frères musulmans qui se répand dans le pays. Petit à petit, un climat de guerre civile et de haine s'installe en Egypte.

Dès leur évacuation de la mosquée al-Fath, au Caire, samedi, les pro-Morsi, qui s'étaient réfugiés dans l'édifice religieux, se sont faits conspuer par la population.

"Hors-la-loi"

Les scènes témoignent du climat de haine qui s'installe depuis quelques jours dans le pays, en proie à de fortes violences, et dont la cible pemière reste les Frères musulmans. "Les Frères musulmans veulent brûler le pays, le pays est en feu", déplore ainsi un cairote.

"La situation est compliquée. Ce ne sont pas des musulmans mais des terroristes. Ils sont hors-la-loi, ils effraient le peuple au Caire, à Alexandrie, Suez et des stations touristiques", poursuit un autre habitant. Et une jeune femme d'ajouter: "Nous voyons comment les terroristes tirent sur la police. L'armée sauve le peuple, ce n'est pas le cas des Frères musulmans".

Une atmosphère de guerre civile à laquelle participent aussi la presse et la télévision d'Etat. Sur la chaîne al-Masria par exemple un bandeau affiche en permanence en anglais le message suivant: "L'Egypte combat le terrorisme".

Apparition de milices de quartier

Dans un pays où les divisions n'ont jamais été aussi profondes et malgré les appels au calme, les violences font surgir une justice de rue. Ainsi, des comité populaires, formés de jeunes armés, s'emploient à fouiller les passant et contrôler les quartiers.

Les violences visent également la communauté copte et depuis une semaine, de nombreuses églises ont été incendiées, notamment dans le centre du pays.

A.S. avec Marc Paupe