BFMTV

Egypte: plus de 1.000 islamistes arrêtés vendredi

Un manifestant pro-Morsi dans les rues du Caire, vendredi 16 août.

Un manifestant pro-Morsi dans les rues du Caire, vendredi 16 août. - -

De nouvelles manifestations sont attendues ce samedi, en Egypte, alors que la journée de vendredi a encore été sanglante, dans tout le pays. Au moins 83 personnes ont trouvé la mort dans les heurts entre police et manifestants pro-Morsi et 1.004 islamistes ont été arrêtés.

Suite à l'appel à protester quotidiennement lancé vendredi par les islamistes, l'Egypte se prépare à de nouvelles manifestations ce samedi. La police a entamé, vendredi soir, le siège d'une mosquée du Caire où sont retranchés de nombreux manifestants, après une journée de violences qui a fait plus de 83 morts.

Une mosquée du Caire assiégée

Samedi à l'aube, la police faisait toujours le siège de la mosquée Al-Fath du centre du Caire transformée en morgue de fortune contenant au moins 20 cadavres, où seraient réfugiés près d'un millier de personnes selon le témoignage d'un manifestant. Ce chiffre ne pouvait être confirmé de source indépendante.

Des coups de feu ont été échangés au début de siège mais ils ont cessé dans la nuit, selon des manifestants. Vers 1 heure du matin, l'armée a proposé de laisser sortir les femmes mais réclamé de pouvoir interroger les hommes, ce que les manifestants ont refusé, a assuré l'un d'eux.

Les soldats ont pénétré dans la mosquée samedi matin, sans toutefois avoir recours à la force, selon des images de chaînes de télévision égyptienne. La chaîne privée ONTV Live a montré des images de soldats entrant dans la mosquée, alors que la télévision Al-Jazeera Egypte diffusait sur son site Internet des images de militaires à l'intérieur de l'édifice. Les soldats semblaient négocier avec les manifestants pour qu'ils quittent la mosquée.

Plus de 1.000 islamistes arrêtés vendredi

Le ministère de l'Intérieur a par ailleurs annoncé samedi matin qu'un millier d'islamistes proches des Frères musulmans, 1.004 précisément, avaient été arrêtés la veille dans le cadre des manifestations du "vendredi de la colère" auxquelles avait appelé la confrérie.

Alors que des quartiers entiers du Caire ont été transformés en champs de bataille tout au long de la journée durant laquelle les pro-Morsi se sont mobilisés en masse à travers le pays, les manifestations ont quasiment cessé une heure après l'entrée en vigueur du couvre-feu nocturne, à l'appel des Frères musulmans, dont fait partie le président destitué Mohamed Morsi.

Ceux-ci ont néanmoins appelé à des manifestations quotidiennes à compter de samedi pour dénoncer la mort, mercredi, de 578 personnes, en majorité des pro-Morsi tués dans la dispersion par l'armée et la police de leurs camps au Caire, la journée la plus sanglante depuis la chute du régime de Hosni Moubarak en février 2011.

A.S. avec AFP