BFMTV

Egypte: couvre-feu nocturne après un samedi d'affrontements

Un militant pro-Morsi court dans les rues du Caire, samedi.

Un militant pro-Morsi court dans les rues du Caire, samedi. - -

Alors que plus de 700 personnes ont trouvé la mort depuis mercredi lors d'affrontements entre pro-Morsi et armée, la journée de samedi a été sous haute tension.

En trois jours d'affrontements entre pro-Morsi et armée, plus de 700 personnes ont trouvé la mort à travers le pays. Vendredi, des heurts ont éclaté dans les principales villes égyptiennes.

Ce samedi, au Caire, la police égyptienne assiégeait de nombreux islamistes retranchés dans une mosquée. Et ce alors que les partisans du président destitué appellent à manifester tous les jours pendant une semaine pour protester contre le "massacre" de mercredi, journée au cours de laquelle 578 personnes ont trouvé la mort. Retrouvez ici les événements de la journée de samedi.

21h - Le couvre-feu a débuté. L'état d'urgence reste en vigueur dans le pays, devenu un véritable champ de bataille depuis la dispersion dans le sang mercredi au Caire des campements des partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée le 3 juillet.

19h00 - Berlin appelle à l'apaisement. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a appelé samedi à l'apaisement en Egypte, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue, Nabil Fahmy.

"Il a clairement signifié à son homologue égyptien la position du gouvernement allemand et a tout particulièrement réclamé une attitude pondérée et prôné l'apaisement", selon le ministère. "Il a appelé le gouvernement égyptien à ne pas bloquer la voie à une solution politique et à reprendre le dialogue avec toutes les forces politiques."

17h00 - Explosion devant le consulat d'Egypte à Benghazi, en Libye. Il n'y pas eu de victimes, selon des sources au sein des services de sécurité.

16h55 - Le président bolivien parle de "génocide". Evo Morales a condamné "catégoriquement" samedi l'escalade de la violence en Egypte et qualifié de "génocide" la répression par les forces de l'ordre des pro-Morsi. "Comment est-il possible qu'il y ait un tel massacre, des fusillades? Pour moi, pardonnez-moi l'expression, c'est un génocide, et de nos jours il ne peut pas y avoir de génocide."

16h50 - Des pro-Morsi manifestent en Turquie. Environ 4.000 manifestants se sont rassemblés samedi à Istanbul à l'appel d'organisations pro-islamistes en faveur du président égyptien déchu Mohamed Morsi, conspuant les "massacres" du régime militaire. Portant des drapeaux de l'Egypte, les pro-Morsi ont appelé le monde musulman à "venir en aide au peuple egyptien massacré".

16h40 - La mosquée assiégée du Caire évacuée. Les pro-Morsi retranchés dans une mosquée du Caire ont tous été évacués samedi après-midi, ont annoncé des sources au sein des services de sécurité.

Les forces de l'ordre peinaient toutefois à prendre le contrôle total du minaret de la mosquée Al-Fath, depuis lequel, selon l'agence de presse gouvernementale Mena, des tireurs avaient ouvert le feu sur les forces de l'ordre.

16h00 - L'assaut se poursuit. L'armée continue d'échanger des tirs nourris avec des islamistes, dont des femmes, retranchés dans une mosquée dans le centre du Caire. Les policiers ont réussi à extraire de force sept ou huit hommes au début de l'assaut mais la foule de résidents en colère les a copieusement tabassés à coups de bâtons et de barres de fer, selon le journaliste de l'AFP.

15h35 - Un accord manqué. Les Etats-Unis et leurs alliés européens et du Golfe étaient proches d'obtenir un accord entre les pro-Morsi et l'armée égyptienne il y a deux semaines avant que les violences n'éclatent, selon le Washington Post samedi.

Cet accord visait à appeler les pro-Morsi à abandonner leurs campements dans les rues du pays, en échange de la promesse des militaires de ne pas user de la force, précise le quotidien citant Bernardino Leon, l'émissaire de l'Union européenne en Egypte. Mais le vice-président par intérim Mohamed ElBaradei n'aurait pas réussi à convaincre le chef de l'armée Abdel Fattah al-Sisi de ce compromis.

Le gouvernement, soutenu par la toute puissante armée, a ainsi rejeté le projet d'accord et appelé à réprimer les manifestations des supporters de l'ancien président. Une décision qui a entraîné la mort de centaines de personnes et des heurts meurtriers dans tout le pays.

14h45 - Selon l'AFP, les tirs sont nourris entre police et manifestants dans la mosquée assiégée.

14h25 - Des coups de feu entendus à la mosquée assiégée au Caire. La police sort de force les manifestants de la mosquée al-Fath.

14h22 - Le fils du chef des Frères musulmans tué. Le fils de Mohamed Badie, guide suprême des Frères musulmans, la confrérie du président islamiste déchu Mohamed Morsi, a été tué par balles vendredi au Caire dans les heurts entre forces de l'ordre et manifestants pro-Morsi, a annoncé la confrérie samedi.

14h15 - 173 morts en 24 heures. Au moins 173 personnes ont péri vendredi dans toute l'Égypte, dont 95 au Caire, essentiellement des manifestants pro-Morsi, selon le bilan du gouvernement. Les forces de sécurité avaient reçu du pouvoir mis en place par l'armée l'autorisation de tirer sur les manifestants hostiles.

Un précédent bilan à partir de chiffres officiels et d'un décompte de l'AFP faisait état de 83 morts au moins. Depuis trois jours, 57 policiers ont été tués, selon le porte-parole du gouvernement, qui n'a pas précisé s'ils venaient ou non s'ajouter aux 173 morts.

14h - Qui peut arrêter le bain de sang en Egypte? Face aux affrontements et l’entêtement de l’armée, l’Union européenne s’organise. La fin de l’aide financière au pays n’est pas exclue. Les Etats-Unis ont perdu toute influence. Seuls les voisins du Golfe pourraient se faire entendre.

13h58 - Le frère du chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri arrêté pour "soutien à Morsi". Cet Égyptien qui vit au Caire a été arrêté à Guizeh, dans la banlieue de la capitale.

12h - Berlin appelle à protéger les chrétiens en Egypte. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a appelé à protéger les chrétiens en Egypte, dans un entretien à l'hebdomadaire allemand Focus à paraître dimanche.

"La minorité chrétienne en Egypte doit être protégée", a dit le ministre allemand, selon un communiqué avant parution, alors que les coptes et leurs églises sont de plus en plus souvent victimes d'attaques dans ce pays.

11h45 - Plus de 1.000 islamistes arrêtés vendredi. Le ministère de l'Intérieur égyptien a annoncé samedi matin qu'un millier d'islamistes proches des Frères musulmans, 1.004 précisément, avaient été arrêtés la veille dans le cadre des manifestations du "vendredi de la colère" auxquelles avait appelé la confrérie.

11h15 - Amnesty réclame une enquête complète après les affrontements sanglants. L'ONG Amnesty International a lancé un appel pour une enquête complète et impartiale après les affrontements sanglants de ces derniers jours en Egypte, estimant que la réponse des autorités aux manifestants avait été "largement disproportionnée.

10h30 - La police assiège des islamistes dans une mosquée au Caire. La police a commencé à assiéger, vendredi soir, des islamistes retranchés dans la mosquée al-Fath, au Caire. Le siège se poursuit ce samedi matin.
Des coups de feu ont été échangés au début du siège mais ont cessé dans la nuit, ont indiqué par téléphone à l'AFP des manifestants retranchés dans la mosquée. Tôt dans la matinée de samedi, des soldats ont pénétré dans la mosquée sans toutefois avoir recours à la force.

10h - Les partisans de Mohamed Morsi appellent à manifester tous les jours pendant une semaine pour protester contre le "massacre" de mercredi, journée au cours de laquelle 578 personnes, essentiellement des pro-Morsi, ont trouvé la mort

|||>> L'ESSENTIEL

• 173 personnes ont trouvé la mort ces dernières 24 heures lors des affrontements entre pro-Morsi et armée

• Les partisans de l'ancien président appellent à manifester tous les jours pendant une semaine

A.S. et A. G.