BFMTV

D'un film anti-islam à l'embrasement des pays arabes

Un véhicule incendié la nuit de l'attaque du consulat de Benghazi.

Un véhicule incendié la nuit de l'attaque du consulat de Benghazi. - -

Ce que l'on sait sur l'attaque du consulat américain de Benghazi et sur ce film anti-islam qui emflamme le monde musulman.

La diffusion d'une vidéo sur YouTube, à l'origine de l'attaque contre le consulat américain de Benghazi, en Libye, qui a coûté la vie de l'ambassadeur, enflamme, depuis mardi, le monde musulman. Résumé.

-
- © -

• Le point de départ : l’attaque du consulat

Mardi 11 septembre, 19 heures, un groupe d’hommes armés attaque le consulat américain de Benghazi, en Libye. Ils feront quatre victimes : l’ambassadeur des Etats-Unis et trois fonctionnaires. Les autortités libyennes évoquent alors une attaque-représailles après la diffusion d’un film anti-islam sur Internet.

Qui a commis cet attentat ? Pour les autorités américaines, non seulement l’attaque était planifiée, mais Al-Qaïda en serait à l’origine (en savoir plus en cliquant ici). Les autorités libyennes pointent, elles, du doigt des milices de partisans de l’ancien dictateur libyen, Muammar Kadhafi.

Benghazi est considéré comme un fief pour les islamistes radicaux. Les hommes qui ont attaqué le consulat étaient relativement bien armés : des lance-roquettes RPG et des bombes artisanales ont été utilisées.

-
- © -

• D'où vient ce film ?

Le film anti-islam est, lui, bien revendiqué par un entrepreneur israélo-américain vivant en Californie : Sam Bacile, âgé de 52 ou 56 ans selon les sources. Le long-métrage aurait été réalisé grâce à un budget de 5 millions d’euros récolté auprès d’une centaine de donateurs juifs. C’est le réalisateur lui-même, dont l’identité n’a pas été confirmée, qui l’affirme dans une interview à Associated Press. Pour lui, il s'agit d'un "film politique". Depuis l'attentat, l’homme se cache.

Libération révèle que la paternité de l’œuvre est aussi revendiquée sur Facebook par un copte égyptien. Il se présenterait sous le nom de Elaia Basily (il pourrait être ce Sam Basile) et serait lié à Morris Sadek, un militant copte basé aux Etats-Unis lié lui-même à Terry Jones. Terry Jones est ce prédicateur influant, qui en 2011, avait provoqué des manifestations en annonçant son intention de brûler des exemplaires du Coran.

Le film a provoqué de très nombreuses manifestations dans les pays musulmans. YouTube commence d'ailleurs à en bloquer l'accès dans certains d'entre eux.

-
- © -

• Qui va enquêter ?

Les autorités libyennes ont formé une "commission d’enquête indépendante" qui sera présidée par un juge. Elle regroupera des "expêrts" mandatés par le ministère de la Justice et de l'Intérieur. Selon Tripoli, des personnes ont déjà été interpellées. Les autorités libyennes ont refusé de communiquer toute information concernant leur nombre ou leur identité à la presse.

-
- © -

• Comment ont réagi les Etats-Unis ?

Le niveau de sécurité de toutes les ambassades américaines à travers le monde a été renforcé par l’administration et une équipe de marines antiterroristes a été déployée sur place.

Deux navires de guerre, de type destroyer, ont également été mobilisés, et font route vers la Libye.

-
- © -

• Cela peut-il avoir un impact sur les élections américaines ?

Mitt Romney a saisi la balle au bond pour accuser Barack Obama d’avoir été laxiste vis-à-vis des terroristes islamistes. Il l’accuse également d’avoir eu une réaction "indigne" face à la mort de quatre de ses concitoyens. Pour les spécialistes, cet événement pourrait faire basculer les élections.

-
- © -

• La contestation gagne-t-elle du terrain ? Plutôt que de s'éteindre, la colère de la communauté musulmane se répand à travers le monde et les manifestations se multiplient. La dernière, ce jeudi à Sanaa, capitale du Yemen, a fait un mort et cinq blessés. Les manifestations ont aussi basculé dans la violence au Caire : treize personnes ont été blessées le même jour. Des rassemblements se sont également déroulés en Irak, en Iran, en Tunisie, au Maroc, au Soudan ou encore à Gaza.

Olivier Laffargue