BFMTV

Otages en Algérie : les revendications des ravisseurs

C'est dans ce site gazier que sont retenus les otages.

C'est dans ce site gazier que sont retenus les otages. - -

La situation demeure confuse au lendemain de la prise d'otages massive sur un site gazier en Algérie. Les ravisseurs réclament la libération de cent terroristes et surtout "l'arrêt de cette agression contre les nôtres au Mali".

La crise malienne a pris mercredi une nouvelle dimension internationale, avec une prise d'otages massive sur un site gazier en Algérie, organisée en représailles à l'intervention, dans les airs puis au sol, des soldats français contre les bastions islamistes au Mali.

Des combattants liés à Al-Qaïda ont attaqué à l'aube le site d'In Amenas, dans le centre-est de l'Algérie, près de la frontière libyenne, exploité par le groupe britannique BP, le norvégien Statoil et l'algérien Sonatrach.

Un Britannique et un Algérien ont été tués et six personnes ont été blessées, selon les autorités algériennes. Des Occidentaux ont été pris en otage et 150 employés algériens du groupe français CIS Catering sont également retenus sur le site.

L'attaque a été revendiquée par un groupe islamiste armé, les "Signataires par le sang", en "réaction à la croisade menée par les forces françaises au Mali", selon un communiqué publié par le site mauritanien privé Alakhbar, qui publie régulièrement les communiqués de jihadistes.

Un Français parmi les otages

"Nous affirmons que les otages sont plus de 40 Croisés, dont 7 Américains et 2 Britanniques, parmi d'autres nationalités", indique l'organisation, dont la "première condition" est "l'arrêt de cette agression contre les nôtres au Mali".

La chaîne française France 24 a affirmé mercredi avoir eu une conversation téléphonique avec un otage français. France 24 a souligné qu'il était impossible de savoir si l'otage s'exprimait sous la contrainte. Pour le moment, la France n'a pas confirmé la présence de l'un de ses ressortissants parmi les otages.

A Washington, le département d'Etat a confirmé que des Américains figuraient parmi les otages. Un Irlandais et un Norvégien sont également pris en otage, d'après Dublin et la presse norvégienne.

Ils réclament la libération de terroristes

Au même moment, au Mali, les troupes françaises continuent de progresser vers le nord du pays, avec des combats au sol qui constituent une nouvelle étape dans l'engagement militaire de Paris. Plus de 800 soldats français sont d'ores et déjà déployés au Mali, et leur nombre devrait à terme s'élever à 2.500.

Les ravisseurs affirment que l'Algérie a été choisie comme cible car les islamistes n'acceptent pas "l'humiliation de l'honneur du peuple algérien", avec la décision du président Abdelaziz Bouteflika d'autoriser les avions français en route pour le Mali à traverser l'espace aérien algérien.

"Ils réclament la libération de 100 terroristes détenus en Algérie pour relâcher leurs otages", exigeant que ces islamistes soient conduits dans le nord du Mali, a indiqué par téléphone un employé du site, ayant requis l'anonymat, qui a pu écouter des échanges entre Algériens et ravisseurs.

Mais le ministre algérien de l'Intérieur Dahou Ould Kablia a affirmé que les autorités "ne répondront pas aux revendications des terroristes et refusent toute négociation".

A. G. avec AFP