BFMTV

COP21: face au réchauffement climatique, les Français se reposent sur les politiques 

Alors que la COP 21 approche à grands pas, les Français se montrent de plus en plus inquiets des conséquences du dérèglement climatique.

Alors que la COP 21 approche à grands pas, les Français se montrent de plus en plus inquiets des conséquences du dérèglement climatique. - Patrick Kovarik - AFP

Alors que la COP 21 approche à grands pas, les Français se montrent de plus en plus inquiets des conséquences du dérèglement climatique. Et attendent plus d'actions de la part de leurs dirigeants, selon les conclusions d'une étude WWF, dévoilée ce mercredi.

Quels regards portent les Français sur l'épineuse question du dérèglement climatique? C'est la question que s'est posée WWF, l'organisation mondiale de protection de la nature, à un peu plus d'une cinquantaine de jours de la COP 21 organisée à Paris en cette fin d'année.

A l'aide d'une enquête d'opinions menée par l'institut Ifop, l'ONG dévoile ce mercredi une étude qui nous en apprend plus sur les visions, craintes, et attentes de nos concitoyens vis-à-vis de l'augmentation de la température, observée depuis près d'un siècle.

Largement convaincus par la responsabilité de l'activité humaine dans ce changement, les sondés se montrent également très peu satisfaits par le traitement réservé à l'écologie par les gouvernements dont ils en attendent beaucoup plus. Explications.

L'activité humaine pointée du doigt

Le sujet déchire scientifiques et spécialistes depuis des années. Le réchauffement climatique existe-t-il vraiment, et quelles en sont les causes réelles? Questionnés sur ce sujet par l'Ifop, les Français se montrent catégoriques: ils sont 79% à juger que l'augmentation de la température mesurée depuis un siècle est imputable à l'homme, plutôt qu'à des phénomènes naturels.

"Pour plus des trois quarts des Français, et à l’instar de ce que nous avons mesuré par le passé, le réchauffement climatique est particulièrement lié aux effets de l’activité humaine, un jugement notamment partagé par les plus urbains et les plus diplômés", souligne l'étude de WWF dans ses conclusions.

Pour plus des trois quarts des Français le réchauffement climatique est particulièrement lié aux effets de l’activité humaine.
Pour plus des trois quarts des Français le réchauffement climatique est particulièrement lié aux effets de l’activité humaine. © Ifop - WWF

Une menace "sérieuse"

Dans la même veine, les sondés sont 72% à considérer que le réchauffement climatique constitue une menace "sérieuse" pour leur avenir.

"Témoins de catastrophes naturelles fréquentes et d’effets de saison plus marqués, avec une période estivale particulièrement chaude par exemple, plus de sept Français sur dix partagent le sentiment que le dérèglement climatique représente une menace sérieuse pour eux ou pour leur mode de vie, une proportion qui progresse de manière linéaire depuis 2011", note WWF. 

Parmi les motifs d'inquiétudes cités, "le renforcement des phénomènes météorologiques extrêmes de type ouragans, cyclones" est la conséquence probable la plus évoquée par les Français, à près de 57%. "L'augmentation des sécheresses et des inondations" est citée qu'à 42%, juste devant "la réduction de la glace et des neiges et l'élévation du niveau de la mer qui en résulte" (39%).

A noter que cette étude a été réalisée avant les terribles intempéries qui ont touché les Alpes Maritimes le week-end dernier.

Rares sont les Français qui considèrent que l’urgence climatique est sérieusement prise en considération par les gouvernements.
Rares sont les Français qui considèrent que l’urgence climatique est sérieusement prise en considération par les gouvernements. © Ifop - WWF

L'action politique jugée très sévèrement

L'étude dévoilée ce mercredi s'est également attardée sur la manière dont est perçue l'action politique des gouvernements pour répondre à "l'urgence climatique". Et là, seuls 18% des Français se disent convaincus par le travail de leurs élus.

"Si l’implication de l’exécutif dans l’organisation de la COP21 est reconnue par une courte majorité des Français, en revanche, rares sont ceux qui considèrent que l’urgence climatique est sérieusement prise en considération par les gouvernements", précise l'étude.

Preuve du manque de considération que portent les sondés sur cette question, leurs opinions se révèlent assez marquées, "près du quart des répondants considérant même que les Gouvernements ne répondent 'pas du tout' sérieusement à l’urgence climatique."

87% des Français prêts à changer de mode de vie

Si face à l’impact de notre mode de développement sur l’environnement, 87% des Français se déclarent prêts à changer de mode de vie, dont 30% seraient disposés à le faire "en profondeur", les sujets de l'étude WWF considèrent qu'il sera avant tout plus efficace d'agir dans un premier temps au niveau des pays, puis des entreprises. La responsabilité de tout un chacun n'arrivant qu'en troisième place.

Méthodologie: l’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1.004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 29 septembre au 1er octobre 2015. NB: le terrain de l’enquête s’est terminé avant les intempéries ayant frappé le sud-est de la France.

Jé. M.