BFMTV

AVANT-APRES - Paris dans des brumes de pollution

Notre-Dame de Paris, le 21 octobre et le 13 mars.

Notre-Dame de Paris, le 21 octobre et le 13 mars. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le pic de pollution que subissent les villes françaises affecte aussi les paysages urbains. En quelques exemples, portrait de Paris avant et pendant l'alerte aux particules fines.

Les Parisiens le sentent dans leurs bronches sans même regarder le bulletin météo: les grandes villes françaises subissent un pic historique de pollution aux particules fines. Ils le sentent, mais ils le voient aussi. La nappe de pollution qui flotte au-dessus des centres urbains est tellement dense qu'elle apparaît à l'oeil nu, et offre des paysages brumeux inquiétants.

Lorsque l'on compare des images de Paris prises lors d'un après-midi ensoleillé normal, et celles prises ces derniers jours, le contraste est saisissant.

Nous avons cherché dans la base photographique que l'AFP des photos de Paris prises au même endroit, à quelques mois d'écart. A chaque fois, ou presque, un maître-étalon: la Tour Eiffel. Nous en avons trouvé quatre, que nous reproduisons ici sans en avoir modifié, ne serait-ce qu'un peu, les contrastes ou les niveaux.

(Jacques Demarthon ; Patrick Kovarik - AFP ; montage BFMTV)

La première photo a été prise place de la Concorde le 7 octobre 2010. La seconde le 11 mars dernier, d'un point de vue un peu plus rapproché mais sous le même angle.

(Fred Dufour ; Ludovic Marin - AFP ; montage BFMTV)

Presque au pied de la Tour Eiffel, l'esplanade du Trocadéro est l'un des points d'observation privilégiés de la Tour Eiffel. Pourtant tout près, Ludovic Marin, le photographe de l'AFP, a pu observer le 11 mars une silouhette déjà légèrement effacée. Le paysage qu'avait Fred Dufour le 14 mai 2013 était nettement plus net.

(Joël Saget ; Pierre Andrieu - AFP ; montage BFMTV)

Ici, pas de Tour Eiffel mais Notre-Dame, de l'autre côté de la Seine. Le point de vue est exactement le même. La première a été prise le 21 octobre dernier, et la deuxième, le 13 mars.

(Bertrand Guay ; Kenzo Tribouillard - AFP)

Cette vue pleine face de la Tour Eiffel est elle aussi très parlante. Le montage, réalisé par l'AFP elle-même, met face-à-face une image prise le 17 août 2012 et une autre 14 mars dernier.

(Pierre Verdy ; Patrick Kovarik - AFP ; montage BFMTV)

Pour cette photo, le point d'observation n'est pas tout à fait le même, et l'angle est différent. Les images n'ayant pas été modifiées, la comparaison est certes moins significative, mais reste tout de même impressionnante.

Les internautes se sont eux aussi prêtés au jeu, et ont posté un certain nombre d'images, elles aussi très impressionnantes. Seulement, difficile de les authentifier, ou de connaître le traitement qui a pu leur être réservé.

De son côté, un journaliste de Francetv Info a comparé les images capturées par la webcam de Parisrama. Une comparaison très significative: c'est le même appareil qui a fait la prise de vue, avec les mêmes réglages, et l'image a été prise exactement à la même heure à deux dates différentes.

La Tour Eiffel, avec une semaine d'écart. Heure et exposition identiques... #pollution #livecam pic.twitter.com/kMUSJaU0QP
— Bastien Hugues (@bastienhugues) 14 Mars 2014

Un journaliste de 20 Minutes s'est lui aussi prêté au jeu, depuis l'entrée du journal gratuit, situé dans le 9e arrondissement de Paris. La première image a été prise en mai 2011 et la seconde ce vendredi matin.

Comparons en images: Jour normal VS Jour avec pic de pollution à Paris pic.twitter.com/cWG7vJNUZw
— Cédric Garrofé (@cedricgarrofe) 14 Mars 2014

Olivier Laffargue