BFMTV

Pollution: des mesures insuffisantes?

Un rassemblement de candidats EELV à Paris pour dénoncer mercredi les pics de pollution

Un rassemblement de candidats EELV à Paris pour dénoncer mercredi les pics de pollution - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La plupart des grandes agglomérations françaises se retrouvent jeudi sous le coup d'une alerte rouge pollution. Écologistes, professionnels de santé et associations de parents d'élèves dénoncent l'inertie des autorités.

Dépassement du seuil d'alerte, niveau maximum de mise en garde sur la partie nord de la France et la vallée du Rhône: l'épisode actuel de pollution aux particules inquiète.

Ainsi, pour encourager les automobilistes à renoncer à leur véhicule le temps du pic de pollution, le président du conseil régional d'Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, a annoncé jeudi la gratuité des transports en commun dans la région. La veille, c'est la Ville de Paris qui en avait fait de même avec ses Autolib et Vélib.

Mais pour les écologistes et les professionels de santé, ces mesures s'avèrent "tout à fait insuffisantes".

"L'atonie du gouvernement"

"Ce sont des mesures tout à fait insuffisantes au regard de la gravité du pic de pollution traversé depuis huit jours maintenant", a protesté jeudi le candidat EELV à la mairie de Paris, Christophe Najdovski, dans une interview au site internet du Nouvel Observateur.

L'écologiste dit avoir demandé "aux préfets et (au ministre de l'Intérieur) Manuel Valls de mettre en place la circulation alternée des véhicules". "J'ai aussi réclamé la gratuité des transports en commun et le contournement routier de Paris pour les poids lourds. Ces trois mesures d'urgence sont prévues par le texte réglementaire mais ne sont pas appliquées. Cette inaction est totalement irresponsable", a-t-il dénoncé.

Quant à Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d'EELV, elle a fustigé "l'atonie du gouvernement".

Pics de pollution : Conference de presse #EELV demande des mesures d'urgence pour la santé à Manuel Valls. pic.twitter.com/5XtXxPFXzP
— EÉLV (@EELV) 13 Mars 2014

Pollution : @emmacosse dénonce l'atonie du gouv et demande remise à plat de niche fiscale sur diesel et la circulation alternée dès demain.
— EÉLV (@EELV) 13 Mars 2014

"On crie dans le désert"

"Aucune mesure n'est prise, on crie dans le désert", s'indigne le docteur Bernard Jomier, médecin généraliste à Paris.

Pour ce praticien, aucun doute, la pollution tue mais rien n'est fait: "Les études médicales disent 30 à 40.000 morts (chaque année), huit à douze mois d’espérance de vie en moins, des accidents cardio-vasculaires, des maladies respiratoires... Les pouvoirs publics ne prennent aucune mesure", accuse-t-il.

"Les médecins ne sont pas là pour balayer sans arrêt la cour parce qu’il n’y a pas eu de mesures prises pour protéger la santé de la population", avertit encore le Dr Jomier.

"Rien n'est fait"

Pour les associations de parents d'élèves, "rien n'est fait" pour protéger les enfants de la mauvaise qualité de l'air. Valérie Marty, présidente de PEEP (Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public), s'étonne que dans les collèges et lycées parisiens, les élèves continuent les activités sportives à l'extérieur, ajoutant que "beaucoup de jeunes, maintenant, souffrent d’asthme".

"C’est un pli à prendre, la pollution de l’air ne va pas s’améliorer", déplore-t-elle avant d'inviter l’Education nationale à "réagir rapidement à tous ces pics de pollution".

En raison de cet épisode de pollution de l'air, très marqué dans certains départements, plusieurs associations ont déposé plainte contre X lundi pour mise en danger de la vie d'autrui.

|||sondage|||1706

M.G.