BFMTV

Commandes publiques, fonds d'indemnisation pour les tournages... Le plan de Macron pour la culture

Emmanuel Macron dévoile ce mercredi son plan pour venir en aide au secteur de la culture, durement touché par le confinement.

Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi les premières orientations d'un "plan pour la culture" que "le gouvernement sera amené à mettre en œuvre rapidement". Il a ainsi évoqué l'avenir des théâtres, celui des grands festivals, le statut des intermittents ou encore les tournages de films.

  • La réouverture des théâtres envisagée

"On doit pouvoir commencer à ouvrir les théâtres", a d'abord indiqué le chef de l'État, ajoutant qu'on ferait "un point fin mai" et qu'il fallait "inventer de nouvelles formes. Inventer un autre rapport avec le public, avec des captations, des interactions différentes".

"Il faut que les lieux de création revivent en s'adaptant aux contraintes de l'épidémie", a-t-il lancé.

"On doit pouvoir rouvrir les librairies, les musées sans qu'il y ait trop de brassages, les disquaires, les galeries d'art", et les théâtres doivent pouvoir "commencer" à fonctionner et répéter a souligné Emmanuel Macron, vantant "le génie français" mêlant "le bon sens et la créativité". Emmanuel Macron a également confirmé qu'il n'y aurait "pas de grands événements de plus de 5.000 personnes, pas de grands festivals" cet été. 

  • Les droits des intermittents prolongés

Il y a "une précarité immense", a relevé le président, annonçant pour les intermittents sa volonté de "prolonger les droits des intermittents jusqu'à août 2021".

Tout en annonçant cette "année blanche" très attendue par un secteur culturel sinistré, le chef de l'État s'est dit convaincu qu'il allait "donner suffisamment confiance pour que quasiment, on n'en ait pas besoin". "On va donner, avec beaucoup de projets, les heures" qui permettront aux intermittents de "ne pas activer ces dispositifs", a-t-il dit à l'issue de sa réunion avec des artistes de divers secteurs.

Spécificité française, le régime des intermittents concerne 100.000 artistes et techniciens indemnisés chaque année, une main d'oeuvre cruciale. Pour obtenir l’assurance chômage, ils doivent avoir travaillé 507 heures sur douze mois. Or avec les annulations et l'absence de perspectives, très peu pourront cumuler les cachets nécessaires. 

Emmanuel Macron a également esquissé une solution pour occuper les intermittents, dans les mois qui viennent et cet été. "On va avoir besoin de créateurs, d'intermittents, d'artistes" pour intervenir auprès des enfants dans les écoles. "Du temps périscolaire, payé par l'Etat", a-t-il détaillé.

Les artistes auteurs bénéficieront, eux, de "l'exonération des cotisations pendant 4 mois".

  • Les tournages de films et de séries indemnisés

Il sera "très compliqué, très dur de reprendre des tournages avant la fin mai, a noté Emmanuel Macron, indiquant que ce serait "du cas par cas".

"Il faut aider les artistes, les structures, les producteurs", a-t-il ajouté, dévoilant la mise en place d'"un fonds d'indemnisation temporaire", avec l'aide des assureurs, des banques, des sofica (Société pour le financement de l'industrie cinématographique et audiovisuelle), et le CNC.

  • Des commandes publiques annoncées

Le président a enfin annoncé le lancement d'un "grand programme de commandes publiques" visant notamment les "jeunes créateurs de moins de 30 ans", avec l'ambition d'"inventer une saison hors norme" et d'aller chercher les publics parfois oubliés du monde de la culture.

Le chef de l'État avait auparavant échangé avec des artistes de différents domaines (littérature, danse, cinéma, théâtre, cirque contemporain, musique classique, musiques actuelles, art contemporain) parmi lesquels la chanteuse Catherine Ringer, la comédienne Sandrine Kiberlain et les réalisateurs Eric Tolédano et Olivier Nakache, mais aussi Franck Riester et ses collègues de l’Economie Bruno Le Maire et du Travail Muriel Pénicaud.

Un entretien portant sur l'impact de la crise sur leurs métiers, les mesures d'accompagnement et de soutien aux structures de production et de diffusion, ainsi que sur la meilleure façon de maintenir la présence de la culture malgré les contraintes imposées par l'épidémie.

Dans une tribune publiée le 30 avril, des nombreuses personnalités de la culture, dont Catherine Deneuve, Jean Dujardin, Omar Sy, Clara Luciani, Oxmo Puccino ou Léa Seydoux, avaient exhorté le président de la République à agir pour aider la culture.

Ils reprochaient notamment au ministère de la Culture l'absence de précision des mesures mises en place pour aider un secteur qui "fait vivre 1,3 million de personnes" et réclamaient une prolongation des droits des intermittents au-delà de cet été où toute activité est stoppée.

Magali Rangin avec AFP