BFMTV

Comment choisir ses chaussures de randonnée?

Les chaussures de randonnée, le b.a.-ba de tout grand marcheur

Les chaussures de randonnée, le b.a.-ba de tout grand marcheur - THPStock/Shutterstock

Tige haute ou basse, crantage de la semelle, imperméabilité du revêtement… Le choix d’une paire de chaussures de randonnée dépend du type de marche envisagé. Nos conseils pour trouver la bonne.

C’est l’équipement fondamental de toute randonnée et il faut prendre le temps de choisir le bon afin de ne pas ruiner votre séjour à pied. Il existe de multiples modèles de chaussures de marche adaptées au type de randonnée envisagé, au terrain pratiqué, à la météo prévue, mais aussi au maintien du pied et de la cheville qu’elles offrent. Ces différents critères influent sur la tige, la semelle et le revêtement à privilégier.

La tige

La tige constitue la partie supérieure de la chaussure qui recouvre le dessus du pied. Fabriquée en cuir, en nubuck ou en matières synthétiques, elle est complétée par des renforts plus résistants qui permettent d’optimiser son étanchéité et de préserver les zones d’impact exposées à l’abrasion. Lorsque cette tige est montante et enserre la cheville, on parle de "tige haute". En dessous de la malléole, la tige est dite "basse". Lorsqu’elle arrive au niveau de la malléole, cette tige est dite "mid".

La tige basse, qui ne maintient pas la cheville, est destinée à la pratique de la randonnée à la journée en plaine ou en forêt, sur des sentiers faciles. Elle offre plus de légèreté et de liberté de mouvement et est également moins chaude que les deux autres. La "mid" est à privilégier pour des randonnées sur des sentiers plus accidentés et permet de bénéficier d’un maintien de la cheville tout en conservant une certaine souplesse et légèreté. La tige haute est quant à elle conseillée pour les randonnées en haute montagne. Plus rigide et robuste, c’est celle qui offre le plus de maintien de la cheville et de manière générale, de protection de l’ensemble du pied. Dotée de renforts, et notamment de pare-pierres sur l’avant du pied, elle est toutefois plus chaude et plus lourde que les tiges basses et mid.

La semelle

Le choix de la semelle de la chaussure dépend du type de terrain pratiqué
Le choix de la semelle de la chaussure dépend du type de terrain pratiqué © Agnes Kantaruk/Shutterstock

Le choix de la semelle de la chaussure dépend du type de terrain pratiqué. Pour une randonnée à la journée sur des sentiers faciles, les gommes souples sont les plus adaptées. Les chaussures de balade sont souvent équipées d’une semelle avec une bi-densité: une semelle moelleuse et confortable proche du pied et une semelle plus rigide proche du sol pour mieux amortir. Elles sont dans tous les cas agrémentés de crampons qui permettent une bonne adhérence sur les sentiers de terre ou de cailloux.

Pour une randonnée de plusieurs jours sur des sentiers plus accidentés, optez pour une semelle dite intermédiaire, ni trop tendre ni trop rigide. Soyez attentifs aux crampons proposés: pour les terrains mous (boue, terre), mieux vaut opter pour un crantage profond et sculpté tandis que pour les terrains durs (rochers, pierres), un crantage large et peu profond est à privilégier.

Si vous prévoyez une randonnée en (haute) montagne, orientez-vous vers des semelles dures et rigides qui permettent une bonne isolation et qui sont dotés de crampons adaptés à la neige et à la pierre pour ne pas glisser.

Le revêtement

Le choix du revêtement de la chaussure dépend essentiellement du climat et de la météo de la région où vous envisagez de partir marcher. Résistant et assez imperméable, le cuir est un matériau durable, rigide et résistant qui est toutefois lourd et chaud. Le nubuck est quant à lui plus léger, plus souple et plus respirant, mais plus fragile car moins imperméable. Les revêtements synthétiques sont quant à eux les plus légers et les plus respirants, mais sans membrane spécifique contre l’humidité, ils se révèlent très perméables. S’ils sont doublés de Gore-Tex, ils se révèlent les plus adaptés aux terrains chauds et secs et permettent d’éviter de transpirer tout en se prémunissant contre les averses. Bon à savoir: le niveau d’imperméabilité est le plus souvent indiqué dans les caractéristiques des chaussures.

En résumé…

Pour des balades sur des sentiers faciles et sans dénivelé, des chaussures à tige basse ou mid, confortables et respirantes sont les plus adaptées. Pour des randonnées plus soutenues notamment en moyenne montagne, mieux vaut choisir une tige mid ou haute et veiller à ce que le pied soit bien maintenu. Enfin pour les grandes randonnées, particulièrement en haute montagne, optez pour une tige haute, et des chaussures étanches, plus rigides et cramponnables.

Au moment de l’achat

Pour un premier achat, il est indispensable de se déplacer dans un magasin spécialisé, recommande Fabienne Venot, directrice technique nationale de la Fédération française de randonnée pédestre. Acheter une première paire en ligne est en effet une mauvaise idée, car il est nécessaire d’essayer plusieurs types et marques de chaussures et de prendre le temps de choisir celle qui vous convient le mieux. Dans la mesure du possible, effectuez de préférence vos essayages en fin de journée, car les pieds ont tendance à gonfler avec la chaleur et l’activité, et munissez-vous de chaussettes de randonnée. Testez différentes pointures, lacez vos chaussures et prenez le temps de faire quelques pas dans le magasin pour vous assurer que la paire choisie allie confort et maintien. Une fois achetées, vous devez impérativement tester vos chaussures lors de courtes sorties régulières avant de partir pour un grand voyage.

Mélanie Rostagnat Journaliste BFMTV