BFMTV

Une pétition pour réclamer la libération de Jacqueline Sauvage atteint 220.000 signatures

Les filles de Jacqueline Sauvage décrivent une femme "épuisée".

Les filles de Jacqueline Sauvage décrivent une femme "épuisée". - Agnès Coudurier-Curver - AFP

Jeudi, cette femme de 68 ans, condamnée à deux reprises à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent, a annoncé qu'elle renonçait à faire appel de son maintien en prison.

Une pétition pour demander la libération de Jacqueline Sauvage recueille plus de 220.000 signatures moins d'une semaine après son lancement. Mise en ligne le 12 août, la pétition, lancée par le comité de soutien à cette femme de 68 ans condamné pour le meurtre de son mari violent, explique qu'"il faut désormais que le Président de la République accorde une grâce totale, pour qu'enfin Jacqueline Sauvage soit libérée et sorte au plus vite de prison!"

Il y a une semaine, le tribunal d'application des peines de Melun a rejeté, et ce malgré une grâce partielle présidentielle, la demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage, condamnée à deux reprises à 10 ans de prison. Jeudi, ses avocates ont annoncé qu'elle renonçait à faire appel de son maintien en prison. Elle se dit "épuisée" et "ne croit plus en la justice", selon sa fille Carole Marot.

Demande de grâce totale

Désormais, son collectif de soutien demande "une grâce présidentielle totale" afin que la sexagénaire puisse retrouver sa famille. "Pour qui Jacqueline Sauvage est-elle un danger ? Personne ! Le geste qu'elle a commis, elle l'a fait dans un contexte particulier de vie pavée au quotidien de violences!", rappelle la pétition adressée à François Hollande. Une manière également "que les violences conjugales" soient reconnues comme "crime".

Plusieurs personnalités politiques se sont associées à cette démarche en signant la pétition à l'instar du premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, ou du député PS des Alpes-de-haute-Provence, Christophe Castaner. Le PS qui avait déjà exprimé ses regrets dans un communiqué après le rejet de demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage.

J.C.