BFMTV

Traversée de la Manche: 121 migrants secourus lundi

Des migrants tentent de franchir la Manche pour rejoindre l'Angleterre, en août 2020 (illustration)

Des migrants tentent de franchir la Manche pour rejoindre l'Angleterre, en août 2020 (illustration) - Sameer Al-DOUMY / AFP

Les opérations de secours se sont succédé toute la journée de lundi entre Calais et Boulogne-sur-Mer pour venir en aide à des embarcations en difficulté.

Malgré les risques et les conditions hivernales, ils ont encore été nombreux lundi à tenter leur chance. Au total, 121 migrants ont été secourus alors qu'ils essayaient de traverser la Manche pour rejoindre l'Angleterre.

Les opérations de secours se sont succédé toute la journée dans le détroit du Pas-de-Calais, au large de Boulogne-sur-Mer et Calais. Une première intervention de la gendarmerie maritime a ainsi permis de venir en aide à dix migrants sur une embarcation en difficulté dès 7h lundi matin.

Ce sont ensuite 25 autres naufragés qui ont été pris en charge aux alentours de 8h par les gardes-côtes, puis 15 migrants peu avant 10h par les sauveteurs de la SNSM.

64 migrants sauvés ce week-end

Les secours sont encore intervenus en fin de matinée pour récupérer 34 personnes grâce à un patrouilleur des affaires maritimes. De leur côté, les gardes-côtés sont à nouveau sortis pour récupérer un groupe de onze naufragés, tandis que les sauveteurs de la SNSM venaient en aide à 20 migrants. Enfin, en début de soirée, six personnes ont été prises en charge par les gardes-côtes.

Tous ont pu être ramenés à terre sains et saufs, "mais certains semblent en état d'hypothermie", indique la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord, mettant en garde contre les dangers de la traversée de ce bras de mer très fréquenté et aux conditions météorologiques souvent difficiles.

Ces nouvelles tentatives de traversées interviennent alors que 64 migrants dont des enfants ont été déjà secourus ce week-end.

Samedi, un nouvel accord a été signé entre Paris et Londres pour mettre un terme à l'immigration clandestine par la mer. Il prévoit notamment le doublement des patrouilles françaises à partir du 1er décembre, qui seront appuyées de drones et de radars permettant de repérer ceux qui tentent la traversée.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions