BFMTV

Stationnement payant des deux-roues à Paris: qu'en pensent les candidats aux municipales?

Anne Hidalgo et Gaspard Gantzer s'opposent au stationnement payant des deux-roues à Paris. A l'inverse, Pierre-Yves Bournazel, qui porte une proposition devant le Conseil de Paris ce jeudi, veut mettre fin à la gratuité, tout comme Danielle Simonnet.

Le Conseil de Paris examine ce jeudi une proposition portée par Pierre-Yves Bournazel, candidat centriste à la mairie de Paris visant à rendre le stationnement payant pour les motos et les scooters. Une question qui divise les candidats aux municipales de la capitale.

Le stationnement encore gratuit pour Hidalgo et Gantzer

Anne Hidalgo s'engage à ne pas faire payer les scooters et les motos jusqu'à la fin de son mandat. L'équipe de la maire, interrogée par BFM Paris n'exclut cependant pas de proposer des Etats Généraux du stationnement sur le prix en surface et dans les parkings souterrains.

De même, Gaspard Gantzer, candidat sans étiquette et ancien conseiller de François Hollande, ne souhaite pas rendre le stationnement payant.

"Je ne suis pas favorable au stationnement payant tant qu'il n'y aura pas de places pour les deux-roues motorisés et les vélos. Et tant que ne sera pas mise en place une vraie politique de conversion électrique.", a-t-il déclaré à BFM Paris.

Griveaux, Villani et Dati restent flous

Benjamin Griveaux, candidat LaREM, planche sur la question. Son objectif principal est de "réduire la pollution" avec une "transition massive vers l'électrique". Même chose pour Cédric Villani qui ne s'est pas encore exprimé clairement sur ce sujet. Rachida Dati, candidate LR, n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

Un stationnement payant pour Simonnet

La candidate de la France Insoumise, portée par la liste Décidons Paris estime que le stationnement payant des deux-roues devrait coïncider avec la gratuité des transports en commun pour accompagner tous les franciliens vers le vélo entre autres. 

Les associations divisées

La Fédération française des motards en colère a lancé une pétition pour maintenir la gratuité des stationnements.

Pour les anti-deux-roues, le stationnement payant va dans le bon sens. Le porte-parole du collectif Ras le Scoot estime que c'est une évidence pour le prochain mandat et espère que la Ville prendra exemple sur Charenton ou Vincennes, où le stationnement est déjà payant. Le collectif a soutenu la proposition de Pierre-Yves Bournazel sur son compte Twitter, où il est "vivement" remercié.

dossier :

Anne Hidalgo

Alexandra Jaegy