BFMTV

Revivez le direct de Bourdin & Co du 20 juin

De 7h à 9h suivez en direct la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.fr

De 7h à 9h suivez en direct la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.fr - -

Ce jeudi, Jean-Jacques Bourdin recevait Michel Azot, adjoint au maire de Lourdes, pour faire le point sur les inondations : « Je n’avais jamais vu ça ». La députée PS des Hautes-Alpes Karine Berger a expliqué pourquoi elle appelle à « abolir les privilèges » des élus, notamment en réformant leur système de retraite, et le président de l’UNPI Jean Perrin s’élève contre la Loi Duflot sur le logement, qu’il qualifie de « loi pour les locataires » qui va désinciter les propriétaires à investir. A 8h35, Jean-Jacques Bourdin recevait le député UMP Henri Guaino.

Invités, témoignages, débats... retrouvez ici tous les moments forts de Bourdin & Co ce jeudi sur RMC :

A 8h35, Jean-Jacques Bourdin reçoit Henri Guaino. Le député UMP des Yvelines doit revenir sur l’affaire Tapie, qui éclabousse de nombreux membres de la majorité, les difficultés de l’UMP ou encore un éventuel retour de Nicolas Sarkozy.

8h25, le parti pris d'Hervé Gattegno : On a les élus qu'on mérite !

Jean Perrin, président de l’UNPI

Avant même sa présentation en Conseil des ministres, mercredi prochain, la Loi Duflot sur le logement fait polémique. L’Union national des propriétaires immobiliers (UNPI) demande le retrait du texte qui prévoit une garantie obligatoire contre les risques locatifs, un encadrement des marchands de listes, de plafonner les frais d’agence payés par le locataire, et de mieux encadrer les prestations des syndics. « Une catastrophe économique », pour les propriétaires, qui estiment que la garantie universelle entraînera la multiplication des impayés.

8h17 - Jean Perrin : « D’une manière générale, les logements sont corrects. Hors des grandes métropoles, les propriétaires s’arrangent pour avoir de bons logements. Au lieu de sanctionner la terre entière, on ferait mieux de trouver des incitations, inciter les propriétaires à investir, à faire dégager les hauts revenus des logements publics. La sanction va renforcer les difficultés ».

Sur les marchands de sommeil

8h16 - Jean Perrin : « Je soutiens madame Duflot, mais il n’y a pas besoin d’une loi pour ça ».

Sur le plafonnement des frais d’agences pour les locataires

8h15 - Jean Perrin : « Si on plafonne ce que doivent payer les locataires, ils vont le faire payer par les propriétaires. Demain, c’est l’investissement qui va en pâtir, et l’offre locative, notamment les plus modestes ».

Sur la garantie obligatoire sur les risques locatifs

8h14 - Jean Perrin : « On dit aux propriétaires "si vous voulez être payés, vous n’avez qu’à payer votre loyer vous-même", car le fond sera alimenté par les propriétaires qui payeront l’assurance. Donc ils devront en plus entretenir une structure pour l’assurance. Cette mesure déresponsabilise les locataires et les propriétaires. Il ne faut surtout pas s’engager dans cette voie ».

8h13 - Jean Perrin : « Le projet de loi sur le logement est un projet de loi pour les locataires. Il n’y a aucun point favorable à une politique du logement qui tient la route. Il faut rediscuter. Toutes les dispositions prises n’ont déjà fait que bloquer le marché ».

Michel Lejoyeux, psychiatre et addictologue à l’hôpital Bichat de Paris

Selon un rapport de l'Observatoire français des drogues et toxicomanies, 125 000 des millions de joueurs en ligne en France sont considérés comme des « joueurs excessifs ». Pour le professeur Michel Lejoyeux, psychiatre et addictologue à l’hôpital Bichat de Paris, le côté addictif de ces jeux sur internet est renforcé par le fait que ce soit accessible 24h sur 24 et depuis n’importe où. Une nouvelle catégorie de joueurs addicts est d’ailleurs en train d’apparaître : les jeunes.

7h57 - Michel Lejoyeux : « La bourse sur Internet est étonnant. Il y a eu du boursicotage émotionnel, des gens qui vont investir uniquement dans l’idée de faire un coup. Certains de ces sites proposent de vous avancer de fortes sommes d’argent ».

7h56 - Michel Lejoyeux : « Il y a les joueurs classiques, qui vont déjà au Casino et continuent, mais là, le Casino vient à vous. Et puis certains de ces sites avancent masqués, on vous demande de mettre quelques euros, et c’est comme ça qu’on rentre dans la dépendance ».

7h54 - Michel Lejoyeux : « C’est difficile de définir un joueur excessif, mais il y a trois critères : la fixité des habitudes – quelqu’un qui ne peut pas s’empêcher. Il y a aussi le fait de ne pas se contrôler, on veut jouer un euro, puis 10 puis 100. Et puis la mise en danger, par exemple le danger relationnel ».

7h53 - Michel Lejoyeux : « C’est un risque sournois. L’ordinateur est un objet banal, et on vous propose, non pas de jouer, mais de gagner. Qui refuserait ? »

Karine Berger, députée PS des Hautes-Alpes

Dix députés socialistes, verts et UMP appellent individuellement dans le Nouvel Observateur à « abolir leurs privilèges ». Ils proposent chacun différentes mesures, comme supprimer le régime spécial des retraites des députés, la fin de l'exonération fiscale de l'indemnité de frais de mandat, la publication de l'utilisation de la réserve parlementaire et des augmentations de patrimoine entre le début et la fin du mandat parlementaire. A gauche comme à droite, l’initiative a parfois été mal reçue, comme Claude Bartolone, le président de l’Assemblée, qui a dit « en avoir ras-le-bol de ces députés qui se font une réputation sur le dos des autres ».

Sur la conférence sociale qui démarre ce jeudi entre les partenaires sociaux

7h47 - Karine Berger : « Qu’on démarre la réforme des retraites en ayant en tête la position de chacun. Qu’on se dise les choses avant que les propositions arrivent sur la table et que ça se finisse, comme toujours en France, par un blocage général du public. Plus on discutera, plus on arrivera à sauver le système de retraites par répartition ».

Le député UMP Jacques Myard traite les 10 députés voulant des réformes de « crétins »

7h46 - Karine Berger : « C’est une personne vulgaire, grossière, et misogyne. Mais le problème n’est pas là, la question n’est pas de supprimer notre retraite, mais la réformer ».

7h45 - Karine Berger : « Je dispose de 135 000 euros dans la réserve parlementaire. J’ai finance des petites communes pour des radars pédagogiques, une autre qui voulait un fourgon pour transporter des repas aux aînés ».

7h44 - Karine Berger : « Les choses sont en train d’évoluer. On discute une loi sur la transparence, mais il y a beaucoup d’élus de droite qui refusent d’avancer. Il faut démontrer, aujourd’hui plus que jamais, que nos élus sont honnêtes. Les gens m’en parlent non stop ».

Sur les retraites des députés

7h43 - Karine Berger : « Il faut que tout le monde, y compris les députés, fassent des efforts à l’occasion de la réforme des retraites. Il faut montrer que nous aussi nous faisions des efforts ».

Est-ce un appel commun ?

7h42 - Karine Berger : « Il n’y a pas d’appel commun ni de tribune dans Le Nouvel Obs. Chacun n’est pas forcément d’accord avec ce que l'autre dit ».

7h25 : Les coulisses de la politique. Une grande conférence sociale de deux jours consacrée aux retraites et à l'emploi démarre ce jeudi. Mais pour quoi faire, s’interroge Jean-François AchilliConférence sociale : il va pleuvoir sur le Palais d’Iéna.

Michel Azot, adjoint au maire de Lourdes

Huit mois après d’importantes inondations, Lourdes est à nouveau sous l’eau. La partie basse de la ville s'est à nouveau retrouvée sous des vagues qui ont envahi hôtels, commerces et habitations en raison de violentes crues dans le sud-ouest de la France. Pour le maire de Lourdes, « Nous sommes dans une crue centennale » et « des dizaines d'hôtels et de commerces ne pourront plus rouvrir de la saison ». Des pèlerinages sont aussi annulés dans la deuxième ville hôtelière de France qui accueille six millions de visiteurs par an. Le maire adjoint Michel Azot estime que certains hôtels ne pourront pas rouvrir de l’année.

7h15 - Michel Azot : « Les barrages ont joué leur rôle, c’est un mythe de dire que certains ont laché les vannes. Ils ont des débordements logiques, mais heureusement qu’ils sont là. Il n’y a plus de routes coupées autour de Lourdes, mais il y a des dommages lourds dans le département ».

Quels dégâts ?

7h13 - Michel Azot : « On n’a pas encore de chiffre, on est encore en train de pomper l’eau. Le fait que la fonte des neiges continue ralentit la décrue ».

7h12 - Michel Azot : « Je n’ai pas d’informations exactes sur les pèlerinages. Dans l’état actuel des choses, il faut au contraire dire à tous qu’il faut venir. Les capacités d’hébergement existent, et c’est la fréquentation de Lourdes qui sera un élément de solidarité ».

7h12 - Michel Azot : « Je n’avais jamais vu ça. J’ai déjà vu plusieurs inondations, mais de cette ampleur, avec cette violence, certainement pas ».

7h, c'est l'heure de Bourdin & Co, en direct sur RMC.fr jusqu'à 9h.

Mathias Chaillot avec Jean-Jacques Bourdin