BFMTV

Retraites : dernières négociations avant la réforme

De 9h30 à 16h30 syndicats et patronat défileront dans le bureau du Premier ministre ce lundi.

De 9h30 à 16h30 syndicats et patronat défileront dans le bureau du Premier ministre ce lundi. - -

JM. Ayrault reçoit à Matignon ce lundi matin les partenaires sociaux pour une ultime concertation sur le dossier de la réforme des retraites. De 9h30 à 16h30 ce lundi puis mardi matin, syndicats et patronat défileront dans le bureau du Premier ministre.

Plus que quelques heures pour les discussions. Après, il sera trop tard. Les ultimes négociations vont se jouer ce lundi à Matignon où Jean-Marc Ayrault reçoit dès 9h30 syndicats et patronats. Invité du 20h de France 2 dimanche soir, Jean-Marc Ayrault a assuré que rien n'était « encore décidé » quant à une éventuelle hausse de la CSG ou des cotisations pour financer les retraites. Les partenaires sociaux « sont partagés sur cette question et je les comprends », a-t-il ajouté. « J'arbitrerai après les discussions avec les partenaires sociaux et avec le président de la République et les ministres concernés dans les prochains jours, mais nous prendrons nos responsabilités ».

-> Préférez-vous payer plus ou travailler plus longtemps ? Venez voter !

4 pistes pour renflouer le déficit

L’objectif de la réforme est clair : ramener le système des retraites à l'équilibre d'ici 2020, année où le déficit (tous régimes confondus) pourrait s'élever à plus de 20 milliards d'euros. En juin dernier, le rapport Moreau sur les retraites a été remis au Premier ministre avec 4 pistes pour renflouer le déficit. Parmi elle : l’allongement de la durée de cotisations, des retraites moins indexées sur la hausse des prix, hausse des cotisations ou encore, la hausse de la fiscalité sur les pensions. Autant de points sur lesquels le gouvernement devrait s'inspirer pour sa réforme.

L'âge légal de départ à la retraite ne bougera pas

Mais déjà, une chose est sûre, l'âge légal de départ à la retraite fixé à 62 ans par la réforme contestée de Nicolas Sarkozy en 2010, ne bougera pas. « Ce serait pénaliser toute une génération, a expliqué Jean-Marc Ayrault sur France 2 dimanche soir au Journal Télévisé. Tous ceux qui ont prévu de partir à la retraites dans les années qui viennent, ils se sentiraient trahis. Ce serait une atteinte à un contrat qui a été passé avec eux. C’est un vrai choix de société ».

« Je réitérerai les demandes de la CGPME »

Avec cette dernière rencontre les organisatoins syndicales entendent bien se faire entendre. Jean-François Roubaud est président de la CGPME (Confédération générale des PME). Il apprécie que Jean-Marc Ayrault écoute les partenaires sociaux et attend d'être entendu. « Le Premier ministre a la politesse d’écouter les partenaires avant de prendre ses décisions. Je réitérerai les demandes de la CGPME sur les retraites. J’espère qu’il tiendra compte de ce qu’on lui redira. Je suis opposé à la création de comptes individuels sur la pénibilité qui vont complexifier la gestion individuelle de nos salariés. Je ne comprendrais pas qu’on aille sur cette piste-là ».

« Qu'on nous donne des raisons de ne pas être dans la rue le 19 septembre »

Pascale Coton est secrétaire générale de la CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens). Elle attend que le Premier ministre précise le contenu de la réforme. « J’ai apprécié qu’il attende de nous rencontrer pour annoncer les pistes sur lesquelles il se dirige. On veut que sur les femmes le gouvernement nous dise comment on va pouvoir régler le fait qu’à la retraite une femme sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté. Ce que l’on attend du gouvernement c’est qu’il précise les choses et qu’il nous donne une raison de ne pas être dans la rue le 10 septembre ».

Journée de mobilisation le 10 septembre

Le projet de loi sera présenté le 18 septembre en Conseil des ministres. Son examen à l'Assemblée nationale est envisagé dans la deuxième semaine d'octobre. Mais déjà, avant même la fin des discussions, certaines organisations syndicales (CGT, FO, FSU et Solidaires) ont appelé à une journée de mobilisation, le 10 septembre.

Tugdual de Dieuleveult avec Pierre Rigo